IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
> Op Milsim Frontline (mai 2018) Dép24, Orga : QG MILSIM THK
misterV
posté 12/05/2018, 14:25
Message #1


Membre actif
**

Groupe : Membres
Messages : 532
Inscrit : 12/12/2012
Lieu : Perigueux
Membre n° 85,995




Bonjour à tous , je reviens vers vous pour partager un petit bout de milsim, ce genre de milsim dont on entend pas parler partout parceque en petit comité et peu médiatisé ... Cette partie est le deuxième opus organisé par notre Team , sur un esprit encore un peu "private" car nous nous considérions encore en rodage . Dont acte, dorénavant nous nous ouvrirons sans aucun doute à quelques binômes "inconnus" au travers des contacts déjà pris lors des échanges qui ont suivi le premier retex que nous avions posté ici un peu plus bas ( OP ARC24 ) en avril .
Voila pour le préambule , je vais publier à la suite de ce post les différents retex joueurs , désolé pour les pavés mais on aime écrire biggrin.gif
Le contexte de l'op était le suivant : La Corée du Nord venait de faire exploser des missiles sur Guam, tuant des US . Pour arriver à tromper l'ennemi, le Régime de Pyongyang avait usé d'une technologie secrète de brouillage , achetée illégalement à la Chine . Sur le terrain se trouvaient donc 3 type de belligérants : les us chargés de détruire le brouilleur et de ramener tout documents pouvant intéresser le contre espionnage , des Nord coréens prêts à se sacrifier pour sauver leur brouilleur secret et pour défendre leur pays et enfin un commando chinois ayant pour but que personne ne puisse s'extraire avec les documents compromettant leur pays .
Nous avons monté cette OP 6 mois à l'avance au bas mot , avec un changement de terrain peu de temps auparavant , pour brouiller les pistes et les recherches des différents opérateurs qui allaient intervenir . Le secret a été maintenu asseyez efficacement jusque aux 72 dernières heures . Les opérateurs n‘ont été informé par SMS de leurs point de rdv que quelques heures avant le lancement de l'op . Les Nord coréens investissent leur camps vers 10 h sous le commandement de leur général, secondé par un commissaire politique très intrusif et excellemment investi de son rôle wub.gif ... sa présence , ses questions incessantes et son obsession de tout reporter sur un calepin le rendront suspect immédiatement , tout en inspirant une crainte chez tous les soldats coréens . La fob est posée rapidement et la vie dû camps s'installe avec ses patrouilles, son armurerie etc ....
À 11h les chinois sont droppés, largage express au cul du véhicule , ils disparaissent dans la verte sans s'attarder .
À 12h les US sont récupérés dans un petit chemin forestier et embarqués de force dans deux véhicules différents, ce qui n'a pas l'air de les réconforter blink.gif on se demande bien pourquoi laugh.gif . Largage après 15 mn de route à l'autre bout du terrain , tout aussi rapide et surtout, pas ensemble , puisque je continue de rouler 10 mn avant de lâcher le deuxième binôme .

À présent je leur laisse la parole ...

Bonne lecture biggrin.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
misterV
posté 12/05/2018, 14:26
Message #2


Membre actif
**

Groupe : Membres
Messages : 532
Inscrit : 12/12/2012
Lieu : Perigueux
Membre n° 85,995




Début de transmission du rapport de mission
Retex OP FRONTLINE
Binôme TP (sniper/spotter) DELTA 1
TP White G39 WE modifié sniper/ M92 WE
SPOTTER Woluf G39 WE/ GLOCK17

Pour nous tout à commencé en Mars lors de l’annonce officiel de l’OP sur Facebook. A l'affût des moindres infos (très peu nombreuses) nous avons commencé à extrapoler sur la localisation du potentiel du terrain. D’après le peu de photos de la préparation que les orgas nous ont lâché nous avons situé une voie ferré et, après d’intenses recherches facebook nous avons retrouvé les diverses lieux de travail du père de l’un des orga (nous savions de sources quasi certaine que ce serait sur les terres en question que nous jouerion) nous estimion alors jouer dans les alentours de Vigeois en Corrèze.
Après deux mois sans aucune fuite d’info les éléments s'accélère, les infos tombes, les règles de médic, le background, l’emport en munitions et artifices et enfin les discussions de squad. Nous savions donc avec qui nous serions et surtout dans quel camp. Un groupe composé de 4 opérateurs réparti en deux binôme distinct, DELTA1, binôme TP (White et Woluf) et DELTA2, binôme assault et commandement (Ghost et Alex) mais regroupé sous la même bannière, celle des SEALS Américain. Nos objectifs seront principalement la récupération d’informations, la destruction de cibles sensibles et enfin la destruction du matériel de brouillage Nord Coréen. Nous devrons être des ombres, ne nous faire repérer sous aucun prétexte, cette mission ne doit pas exister au yeux du reste du monde.

Nous avons donc était à la recherches d’informations par nos propres moyens. Demandant de manière discrète et subtile auprès des joueurs que nous savions qu’ils participaient. D’info en info nous avons établi des hypothèses sur le nombre et l’identité des adversaires, leurs factions et leurs missions globale. De notre côté nous lâchons des infos, fausses bien-sur pour tromper l’adversaire potentiel. C'est sur, ils sont convaincu que nous sommes dans des équipes séparé, avec des Squad-référent différents. Plus nous lâchons d’infos plus il nous en arrive, nous sommes méfiant mais elles confirment nos estimations. Il y aura trois équipe, nous les US avec 4 opérateurs, les Nord-Coréens qui seront au moins 6 et les Chinois en binôme TP.

Le rythme s'accélère encore, des infos tombe, autant pour le background que pour le jeu pur, une puis deux photos à une semaine de l’op et c’est le feu dans nos tête! Il n’en faut pas plus pour que le binôme, regroupé autour d’un rafraîchissement se penche en profondeur dessus. On télécharge, on zoom, on dézoom, on griffonne sur des calepin les infos que nous voyons. Effectivement il apparaît sur les photos des bouts de trame des objectifs qui confirment une nouvelles fois nos estimations sur les camps adverses, et dans le coin de la deuxième photo, une infime partie de carte IGN !!!! Les méninges tournent à fond, les infos fusent d’un bout à l’autre de la piéce, questions, réponses, possibilités, rien ne nous échappe plus, on ce croirais dans un PC de camp en pleine guerre !!! Ca y est, on y est à 800%.
Focalisé sur les coins de Vigeois nous ne trouvons rien, echec sur echec, tant pis ! On persiste et signe, il nous faut trouver ! On reprend à deux la carte et on re-regarde en détail, la photo est prise d’un smartphone, la qualité est raisonnable mais zommé en x8 il y a des limites wink.gif On prend lettre à lettre les trois nom de patelin qui semble complet et au détour de quelques refus de notre ami Géoportail on change les lettres qui ce ressemble pixelisé, les e deviennent des o, les l des t et là miracle ! Un code postal qui nous dit quelque chose, nous cliquons, le cœur palpitant un peu plus à l’idée d’avoir craqué les secrets de cette photo. Enfin tout devient clair, le patelin, situé en haut à droite de la carte au 1/25000 se situe à quelques kilomètres d’un terrain que nous connaissons. Contre toute attente et à notre plus grande surprise, ce sera là, sur les hauteurs de terrasson, le terrain que nous appelons « la palombière » sera le terrain de ce conflit, celui de la course à l’information et à l'armement nucléaire de la péninsule Nord-Coréene pendant 48h.

Nous transmettons à notre équipe ces nouvelles informations, seul notre Squad leader ne connaît pas le terrain, rien de grave, il est débrouillard, a de l'expérience et accompagné en binôme de notre Médic qui lui le connais bien pour y avoir déjà joué.
Maintenant nous pouvons valider nos configurations, Ghillies, bouffe, couchage, vêtements, le tout en fonction du temps et de nos missions qui seront de la recherche et destruction. Nous discutons entre nous de ce qui est le mieux, nous tombons d’accord sur le fait que nous serons équipé de Chest-rig, sac ultra light largable attaché à celle-ci, le tout pour que nous puissions avoir en permanence nos Ghillies sur nous et surtout que nous soyons le plus léger possible. Nous partagerons pour le couchage un matelas et un duvet été au vu du temps plutôt clément. Pour l’emport, nous serons équipé de nos bouteils de propane, de nos camelback, de gourdes, de notre bouffe lyophilisé, une NVG, un réchaud, un téléphone, un bloc-note et crayon, des colson, une pince, de la paracorde, des batteries-bank et du change.
Vendredi 04/05/18
Nous nous retrouvons tous chez Woluf afin de nous concerter, réviser notre matos et surtout passer une bonne soirée tous ensemble avant le grand rush. Distribution des infos, rappel des règles, des objectifs, du background, tout y est.
Samedi 05/05/18
Il est 8h30, nous nous préparons, camouflage à la mode, dernières révisions du matos, on mange, on charge le matos dans le transport et on décolle. 40 minutes plus tard nous arrivons sur un autre terrain proche de celui de l’OP pour régler les répliques et manger.
Nous recevons du squad-référent l’heure de regroupement et le lieu, nous serons attendus à 12h15 sur un petit parking à proximité du terrain. Sur le trajet à 5mins de notre objectif en passant devant un parking nous apercevons une voiture connue. Nous faisons demi tour et après quelques secondes de tension nous confirmons que la voiture appartient aux membres de la COOPS, cela confirme que le binôme Chinois est là et a déjà été droppé.
Nous retournons à notre parking pour l’heure dite et les deux orgas arrivent, ils nous brieffent pendant que nous nous équipons, ils nous font embarquer dans deux voitures différentes par manque de place et c’est parti, les têtes baissées et les yeux fermés nous sommes droppés à une 15aine de minutes du parking. DELTA1 sort mais pas DELTA2, on nous livre une pochette dans laquelle se trouve notre matos de médic et nos ordres de missions. Les transports repartent avec DELTA2 et nous nous enfonçons dans les bois car il n’est pas dit que la zone soit sûre. J’ouvre le premier document et je lis à mon spotter la première mission.

Notre premier objectif est d’installer un camp qui nous servira de spawn, nous décidons de prendre le risque d’attendre de retrouver DELTA 2 pour prendre le même qu’eux, en effet les communications sont compliquées.
Notre deuxième objectif est d'abattre Jans Brauman, c’est un électromécanicien ukrainien qui bosse pour les nords coréens, il les aide à la maintenance de leur réseau électrique, nous savons qu’il sera à une installation électrique entre 16h et 18h.
Nous ne savons rien sur ce lieu sinon que les patrouilles motorisées peuvent y avoir accès, ce qui réduit un peu la zone. Plus tard nous recevrons un message de notre squad référent nous indiquant que les photos satellite laissent à penser que la centrale électrique serait située en E8 et F8.
Nous avons aussi une description sommaire: 1m70, de type caucasien, 54 ans, corpulence moyenne, traits lourds, affectionne les casquettes, cheveux blanc.
Nous détruisons ce premier document pour que l’ennemi ne tombe pas dessus et inspectons la carte.

Nous avançons à vue, nous appuyant sur notre connaissance du terrain et l'épaisse végétation pour nous couvrir. Nous marchons en forêt, on parvient à contacter DELTA2. Eux doivent inspecter deux zones; nous décidons de nous retrouver plus tard, en plus leur deuxième lieu n’est pas si loin de notre objectif. Nous marchons prudemment pendant 30mins, faisant des arrêts pour vérifier notre position. Je suis pris d’un doute mais mon binôme me dit que c’est le bon chemin, nous continuons. Lors de la progression en bordure d’un chemin nous entendons un véhicule, on saute dans un fossé et on attend. Rien, il ne se passe rien, on sort et on reprend la route. Le temps passe, mais nous avons encore le temps. Arrivés au bord d’une ouverture sylvestre, Woluf prend et les devants et va inspecter la zone, à part un pylône électrique et une carcasse de voiture il n’y a rien.

Pensant nous trouver trouver dans la trouée entre D7-8, nous redescendons en prenant la pente pour prendre l’objectif par le côté et ainsi éviter d’éventuels adversaires qui ne nous attendraient sûrement pas par ce flanc. Mon Spotter décide de rebrousser un peu chemin pour avoir un meilleur visuel mais nous repartons plus loin qu’il ne me semble raisonnable. Je lui en parle et faisons un point GPS pour la première fois, c’est le drame…

Nous ne sommes pas du tout là ou nous voulions et nous nous regardons comme des cons face au chemin et surtout au dénivelé qu’il va nous falloir faire… C’est promis on va faire des points GPS plus souvent et surtout s’écouter mutuellement plus souvent wink.gif
On rebrousse de nouveau chemin, on arrive en longeant la route sous notre Objectif 1, il est temps, on grimpe comme deux chamois dans un pierrier (autant vous dire qu’on suait autant qu’on buvait et niveau discrétion nos amis à corne auraient bien rigolé…). Arrivé à hauteur de l’Objectif, nous repérons un renfoncement fait de pierres: ce sera notre point de repli, on le marque sur la carte et on se rapproche pour observer car la végétation s'éclaircit.


Woluf ordonne l'arrêt, il a repéré du mouvement. On se poste, on observe et effectivement, nous sommes à 40-50m des deux orgas qui font des allers-retours entre un véhicule et un hangar. On observe, il avance pour avoir un meilleur visu, on attend. Rien de bien spécial, pas d’info exploitable. On parvient à communiquer avec DELTA 2 et on se dit qu’après cette mission nous les rejoindrons car ils ne sont vraiment pas loin et que nous serons moins vulnérables tous ensemble. On bouge, on ne peut pas passer par là, donc on remonte, le but est de passer le long du chemin, de traverser et de prendre par le Nord-Ouest. C’est ce que nous faisons, on tombe lors de la remontée sur 3 véhicules à l'arrêt, un de joueur (+1 Coréen) et deux orgas. à mi-hauteur du chemin nous traversons et nous nous retrouvons à la frontière d’une plaine, Woluf passe lentement autour d’un buisson quand il se fige. Il recule TRÈS lentement et me transmet qu’il y a contact visuel. Un pax, gilet tan, casquette tan, et m4. Il m’apprend aussi la présence toute proche d’une cible papier, c’est une petite fille: pas notre cible, nous passons notre chemin et contournons encore la cible, décidément il y a du monde dans le secteur…

On va prendre par l’Ouest du coup, on progresse, on passe un chemin et on arrive sur une palombière qui nous surplombe. Mon Spotter va en avant, il repère un camp dans la clairière et me dit avoir vu des pax, je reste en arrière pendant qu’il tente de prendre des photos. Je m’affale contre un mur de végétation (on va pas se mentir, je suis hs. On a pas vraiment fait de pause et le sac dans le dos est beaucoup trop bas et commence à me scier le dos). Woluf progresse, je me retourne vers de tout petits bruits, rien… Jeanne sors de ma tête! Encore des bruits, putain heureusement que je suis tout seul parce que j’aurais rien entendu. Cette fois-ci il y a bien quelqu’un, 25m, un mec en pencott qui discute avec un autre qui reste invisible. Il se décale, c’est Fox, un mec de la COOPS, Rivergreen ne doit pas être loin. Je sors le plus lentement possible mon PA et ne fait aucun mouvement de plus, du coin des yeux je l’observe. Il indique des positions, la palombière et le camp surement, il regarde depuis 30s droit vers moi, je remercie ma ghillie et la végétation généreuse. Je transmets à mon spotter qui maintenant est trop loin pour me sauver les miches en cas de soucis. Manque de chance il est lui aussi beaucoup trop près d’une patrouille adverse qui passe par là. Les deux gars de la COOPS que j’ai vu repartent et Woluf me dit de me déplacer vers lui, encore shooté avec des sceaux d’adrénaline je comprend qu’à moitié ou il est et tente une percé en clairière. Je me fige, Fox est devant moi, 40m avec un mec en chemise blanche, je rends compte à mon binôme quand je m’effondre, touché à l’épaule droite c’est la merde. Je me maudis de pas avoir été me mettre plus à couvert. La tête dans la terre, je répond aux tentatives de com de mon binôme. Je rends compte de mon état doucement (je n’ai pas envie d’en reprendre une qui mettrait fin à cette phase de jeu pour moi et me forcerait à repartir à la zone de drop car nous n’avons pas encore posé de camp). Woluf arrive en rampant pour me passer un bandage, après 60s je m’extrais du découvert et le rejoins, c’est la merde…

Encore un angle non attaquable, après quelques appels radio avec DELTA 2 qui accrochent des pax dans une clairière avec une petite fille en papier, nous faisons jonction en haut de F7, ils vont nous appuyer et heureusement…
On remonte sur l’objectif par le Sud (oui oui on a bien fait tout le tour ^^) et on s’engage sous le couvert de nombreux taillis et monticules de pierres. On décale encore par la droite, beaucoup, et au moment d’un nouveau bond de mon binôme il épaule, et dans un feu croisé s’effondre après 4/5 tirs. On se regarde tous, on laisse passer les secondes et en même temps qu’Alex, notre médic, on avance, lui par la gauche et moi par le même chemin que Woluf, je me stoppe, pas un bruit, je cherche Alex, pas un mouvement, pas une réponse com, je soupçonne qu’il se soit fait toucher mais rien n’est moins sûr.
Je pose le snipe et me mets à ramper vers mon binôme. Dans le même temps notre leader fera le tour et nous transmettra qu’il a trouvé l’objectif, ce sera la dernière com pour lui avant un petit moment.
A quelques petits mètres de mon binôme je lui demande si il est encore en vie et il me répond qu’il a pris dans la cuisse, que l’objectif est prioritaire sur lui mais désolé Ryan je suis trop près pour repartir wink.gif Je m'approche pour le soigner et trois tirs me font détaler comme un lapin en sautant par dessus lui, je plonge (entendez par là que je m’effondre lamentablement par terre) pour me mettre à couvert dans un roncier. Mon camarade aura pris une létale pour moi, RIP. Forcément ce sont ces renards de la COOPS pour être aussi discret et efficace! Des tirs résonnent autour de nous deux, des renforts sont là, ça tire vers nous mais ailleurs aussi, ça détale de tous les côtés, la zone est libre pour moi, la medevac est validée pour mon compagnon de galère, il se repliera après ce coup de chaud vers le camp posé par DELTA 2.
Je retourne vers la position de notre leader pour finir la mission avec lui, pas de réponse de sa part, je sens que je vais y passer aussi. En progression, atteint par la perte de mes camarades et sans soutien, je me sens nu (j’ai toujours mon camo attention). Des bruits des plus bizarres m'arrêtent à la lisière d’une clairière (je vous laisse imaginer un homme jovial imiter le mandarin en lançant des ”oh lo lo LO LO LO” au milieux des bois pendant une partie milsim) j’ai un peu halluciné (et bien rigolé). Je l'entends, sans rien voir, demander à quelqu’un si il préfère parler ou mourir. La réponse ne se fait pas attendre, “je préfère mourir que parler” qu’il dit le garçon. Il leur dira qu’il est zoophile, n’ayant pas compris nos fausses identités… Lol. Je m’allonge, l'oeil dans le réticule, j’attends. Notre leader sort, suivi de près par un homme à chemise blanche, avec un képi de la marine. Il tient un PA, braqué sur notre leader, c’est une exécution. J’appuie, la culasse claque, la bille file, un parpaing en 0.40 sorti tout droit de mon sl9 à 430fps vient perforer le foie du notre chemise blanche, il s’effondre.
Je sors mon PA et fonce sur le prisonnier, parcours les 50m de clairière, je me fais la réflexion que je vais en prendre une et que c’est vraiment stupide de faire ça mais là je suis dans l’action et puis ca marche dans les films nan? ;P
Mon leader me fait signe qu’il ne peut pas bouger, je me retrouve derrière une bâche, je suppute que c’est une tarp et que les deux côtés sont ouverts, je frappe la bache pour faire peur aux occupants et déboule du côté gauche. Stupeur, une autre bâche! It’s a trap!!! (et pas tarp…) Je me mange 5 billes de PA dont 4 en pleine casquette, le tout en tombant. C’en est fini de moi. Le tireur, toujours invisible, commence à paniquer à la radio, donnant la situation, qu’il est seul, que c’est pas normal un TP seul (si si, on s’est fait décimer ^^), que ça va tomber, que c’est la merde, et qu’il est pas à l’aise. Notre bon Tonton Stark n’a pas tort, j’aurais pas aimé non plus ^^.
Profitant de la com, Ghost, notre leader, se défait de ses liens et fonce sur son PA, il aura le temps de tirer quelques billes avant de se faire découper par un M4 aux petits oignons wink.gif.
Fin de phase pour nous, le medevac nous est accordée, retour dans 1h30, nous rentrons au camp.

Le camp, choisi par DELTA 2, est magnifiquement bien placé, en hauteur, entre deux chemins, dans une épaisse végétation, nous serons bien, tellement bien que nous décidons de ne pas instaurer de tours de garde.
1h30 plus tard nous sommes de retour en jeu, pour DELTA 1 nos ordres sont de faire la jonction avec DELTA 2. C’est chose faite, nous sommes déjà ensemble wink.gif. Le reste des missions sera commune à DELTA 1 et 2.
Le service de renseignement nous contacte enfin, des patrouilles régulières passant sur un chemin allant de E6 à I5 (donc passant à quelques mètres de notre camp) et pendant 1h, transportant des documents sensibles et un VIP sont en chemin. Notre objectif: élimination de la patrouille, récupération des documents et prise en photo des tatouages du VIP.
Nous nous plaçons en bordure des deux côtés du chemin et nous attendons. J’entends du bruit, des branches qui bougent et un gars en pencott qui traverse un semblant de chemin dans la forêt juste devant moi! Je reste allongé, je transmets. Personne n’a rien vu, rien entendu. Un deuxième mouvement derrière moi cette fois, je suis encerclé. Je transmets à nouveau, mais là j’ai peur, très peur, j’imagine Fox et River (le binôme Chinois) de part et d’autre et je ne peux plus bouger, glacé d'effroi. Je sors mon PA (ça a du me prendre bien 2mins vu ma vitesse) et j’attend un mouvement, rien, rien, rien. Mes camarades ne voient toujours rien et pensent que j’ai des hallu mais non! 30 minutes plus tard le pax en face de moi bouge et là c’est le drame, c’est Alex, la détente à moitié appuyée et des gouttes qui perlent sur mes tempes je réalise que je me chie dessus depuis 40 minutes pour RIEN! Je rage intérieurement de ce manque de com et me retourne pour checker le deuxième larron, c’est Ghost. Je rage mais on en rigole, encore un truc qui va rester wink.gif
On reçoit un message du commandement, ils nous cherchent pour savoir ce qui s’est passé, le transport n’a pas été arrêté. Pour nous rien n’est passé, on a checké tout du long. On rentre au camp, nouvel échec, ça commence à peser, il est 19h on décide de manger. Un véhicule se pointe, Alex s’empare de sa 40mm et bien décidé à faire un truc de notre soirée on fonce suivi de Woluf et Ghost. Une tactical Micra passe juste devant nous, on la poursuit (littéralement), fuck la discrétion, on court derrière mais elle est trop “rapide”. Nouvel échec mais c’était marrant, fin des hostilités pour nous, on mange et au lit.

Pendant le repas on se remotive et on décide d'aller faire un raid vers le camp adverse en profitant de la nuit qui tombe, on se met en route. De nuit on traverse les bois, guidés par notre Médic qui semble t-il connaît le chemin. Il nous amène dans une clairière au dessus du camp, on traverse quand on reçoit un message du renseignement. Le brouillage mis en place par les coréens avait brouillé nos satellites et nous n’avions pas les bonnes infos, mais nous apprenons qu'une nouvelle patrouille devrait avoir lieu dans l’heure; nous sommes non loin du chemin d'accès à leur camp, on se place et on attend, la nuit tombe.
La patrouille sera composée d’une brigade motorisée et d’une équipe à pied, nous ne devons pas intervenir sur celle motorisée mais éliminer la pedestre, les infos sont claires. On attend, on entend des rumeurs venues du camp à une centaine de mètres de là, des portières, un moteur, des phares, ça y est, ils arrivent. Tout le monde est à son poste, on laisse passer le véhicule et les pédestres, mais pas trop loin quand même, ils ne nous ont pas dépassé de 5m que nous leurs tombons dessus. Je n’ai pas le temps d’ouvrir que c’est déjà fini, 3 pax gisent à terre, on sécurise les lieux et on traine les corps hors du chemin.
On les fouille, pendant une fouille dans les règles d’un des soldats (jusque dans son paquet de clopes) je tombe sur deux enveloppes de missions, jackpot!!!
Woluf lui aussi a tiré le gros lot, il prend en photo un carnet de commandant et le corps de celui-ci. Il nous faut faire vite, les flashs nous rendent extrêmement vulnérables. On détale comme des lapins au camp pour y analyser tout ça en sécurité.




Woluf nous lit toutes les données collectées et nous partons nous “coucher”. Seul mon binôme dormira toute la nuit, DELTA 2 ira vers 1h du mat lancer un assaut sur le camp adverse dans leur rotation de garde, réduisant l’ensemble du groupe au silence après un lancé de grenade au milieu de leur camp.
Retour au camp et dodo, rendez-vous 3h30 le lendemain matin.

Dimanche 06/05/18
3h30 du mat, on ouvre le nouvel ordre de mission.
Un indic de longue date aurait laissé des infos capitales et une clef pour notre objectif dans une BLM, de plus notre priorité doit être la destruction du brouilleur satellite.
Pour ce faire un satellite civil sera détourné ce qui attirera l’attention des coréens entre 05h30 et 12h25.

L’emplacement de la BLM se trouve par pur hasard à 200m de notre camp qui est secret de tous. On récupère les infos et une clef qui nous servira à ouvrir le brouilleur.

C’est parti, l’heure tourne et on est motivé pour la réussir celle-là! On progresse aidés du couvert et de la nuit. On se retrouve au niveau de la palombière, à 50m de leur camp et là Woluf se stoppe, on s’allonge, il nous fait remarquer des lumières, elles viennent vers nous, une patrouille, Ghillie ou pas, de nuit et si près en bordure de lisière c’est chaud, personne ne bouge, les lumières passent et repassent sur nous sans nous voir. On apprendra plus tard que mon binôme a failli se faire pisser dessus par un patrouilleur.
J’avance sur l'extrême gauche simultanément avec Woluf qui lui évolue à l’opposé, on est connectés, bond après bond et sans plus pouvoir voir DELTA 2 dans le noir on avance. Il se pose derrière un arbre et moi couvert par des cailloux. Les cibles sont à 30m, ca devient tendu, il ouvre, c’est la panique. Ca bouge dans tous les sens, une lumière tombe à terre, j’ouvre, le M9 claque sur les tentes. Mon binôme avance, je tire au SL9 dans le noir, ça fait un bruit d’enfer. Je rejoins son côté et il avance encore, je passe à sa droite et m’accroupis, je suis à 10m de la première tente et lui est entré dans le camp, il contourne et je perds le contact visuel. Le jour commence à pointer, les contrastes s’attenuent et les couleurs apparaissent. La radio crépite, Woluf nous contacte pour nous signaler être à une bâtisse en pierre et que ce n’est pas la bonne pour notre objectif, fin de transmission. 5s plus tard trois tirs déchirent l’air, un cri monte “Ils sont au brouilleur!”. Bon bah il semble que c'était bien là… En effet la bâtisse est bien notre objectif, seul un carton faisant office de porte bloque l’entré, dans le doute mon binôme na pas cherché plus loin, pensant que l’entrée était interdite pour des raisons de sécurité. Maintenant nous le savons, c’est bien là.
Le jour pointe de plus en plus, j’ai progressé de 2m, je m’allonge, ça devient tendu dans le secteur. Un bruit derrière moi me fait me retourner, c’est notre médic qui vient en soutien. Notre Leader surgit par la gauche des arbres tel Tarzan sur Jane et passe sur une tente, “Tu dors?” qu’il demande le type… (Mais viens avec les croissant tant que t’y es nan??? XD )
Un petit “oui” émane de la tente et il s’approche, PA bien en main. Malheureusement un deuxième pax caché à l'intérieur (et qui lui ne dormait pas) le sort, il s’effondre, Jane lui a brisé le coeur wink.gif
Notre medic lui a fait le tour du buisson à ma droite et ouvre le feu, il abat un pax et se terre.
8m me séparent de la première tente et seul ma ghillie et mon imprudence me cache encore.
Un balais s'opère devant moi, le medic adverse fait son travail, trop de monde, je suis tout seul, un demi chargeur de PA à disposition. Les blessés sont évacués et la pression retombe chez eux, pas chez moi ^^. Ils circulent dans le camp de manière normale, ils sont 4 mais jamais tous sortis ensemble, ce serait un suicide et je n’ai pas de nouvelles de notre medic. Un pax s’approche à 8m, regarde dans la direction et repart aussi tranquillement, j’ai eu vraiment peur. Je prends des infos, j’entends tout de là ou je suis, ils discutent, patrouillent, retour sur l’attaque qui vient d’avoir lieu (on est toujours là, mouhahaha) pendant encore 20 minutes j’écoute ce qu’il se dit.
Ca tire, à ma droite, notre medic serait donc toujours vivant?!?! Les trois pax du camp sortent et débordent sur ma gauche, toujours en visu. Deux derrière une tente avec juste les têtes et un autre à moitié découvert au niveau d’un buisson, si je dois ouvrir c’est la merde!
“T’es mort White?”. Putain mais c’est moi ça!!! Je suis repéré!!! Trois secondes d'hésitation et je me retourne vers la gauche en arrosant autant que je peux, les tête se baissent, les tirs pleuvent sur moi, j’ai le temps d'arrêter mon mouvement sur le troisième homme qui n’en demandait sûrement pas tant et de le voir tomber. 4 tirs de la hanche à la tête ont raison de mon arrogance. Alex est toujours en vie, ils le ciblent, vident des seaux de billes dans la broussaille et finissent par aller chercher un couteau factice pour être sûr de notre mort. C’est la fin du rodéo pour nous. On retourne au camp en se racontant nos versions et en se disant que putain c’était bon!

Tentative 1: échec
On lance le plan B: on y retourne! (oui c’est assez original je sais)
Il nous reste jusqu’à midi et il est bientôt 9h, ça devrait le faire.
On se remet en marche et on passe par le Sud. Grâce au sacrifice de mon binôme un peu plus tôt nous savons maintenant que c’est la bâtisse qu’il nous faut fixer. Sur le canal de commandement l’info tombe, Il y a eu du dégât dans le camp adverse suite à notre passage, ils sont obligés d’aller se réapprovisionner en matériel médical. On doit sauter sur l’occasion, on accélère le pas et on arrive par les pierriers. Le groupe prend à gauche, ce n’est pas la bonne direction, la cabane est visible depuis là où je suis, je les arrête et leur transmets la localisation. C’est ok pour tout le monde, on se redéploie et sur l’ordre on fonce, un pax apparaît, ca tire derrière moi, il se replie. Ghost les tient à distance, Alex déborde par la droite, on pousse! Suivi de Woluf on arrive à la bâtisse. Il fait sauter la porte d’un coup de pied tactique et entre. Je le couvre au PA mais mes camarades ont fait leur taff, la zone est clear. Ghost OK, Woluf récupère les indices et craque le fumi pour détruire le brouilleur, OK, moi Ok, Alex, Alex? Aucune réponse, on doit s’extraire vite, pressé par mes camarades je dois replier, toujours pas de réponse, on abandonne notre homme avec le coeur lourd mais la mission prime et l’ordre vient de la hiérarchie…
Ghost n’est pas avec nous sur le retour mais il est en chemin aussi. On a fait les ¾ du chemin quand on le recontacte, il y est déjà (mais quel athlète!!!). Il nous transmet qu’il démonte le camp pour être plus efficace et dégager vers l’extraction au plus vite car des troupes y seraient déjà. On arrive, on transmet qu’on entre dans la zone, pas de réponse (il doit être entrain de ranger la forêt), on voit le camp, deux têtes dépassent de la tarp encore tendue. Ce ne sont pas les nôtres!!! On éclate chacun de son côté en se jetant au sol avec Woluf, il tire, je sors mon PA et j’en fait de même! Ca riposte dur en face, mon binôme fait un bond, je suis. On tire, j’avance, encore un bond rapide et un peu long et je suis sous la tente, je me lève et cours. Les tirs viennent sur moi, je me jette violemment au sol et rebondis sur mon snipe, mon levier d’armement explose sous mes côtes. Les deux pax ne sont plus visibles mais hors de question de relâcher la garde, je rampe jusque sous la tente, couvert par mon binôme qui reste à l’affût du moindre bruit. Alex et Ghost sont au sol et ne bougent plus. La medevac est ok pour Alex, j’en demande une pour Ghost, 25 minutes avant les secours, ça va être tendu. Je prend son G39 et je progresse, toujours au ras du sol, un monticule de pierre devant, je bondis. Je manque de me mancher car il y a un trou juste derrière, personne, on check les abords, rien.
On plie au plus vite, on finit notre ptit dej’ et on part pour le point d’extraction où l’on sait que tous nous attendent, un remake du débarquement mais à 4 contre 10 wink.gif

On discute de la marche à suivre, on va arriver par le Nord-Ouest, le long de la frontière.
On se met en route, sur le quivive. On avance jusqu’à un bord de chemin où il y a des traces de grenades pyro, on prend en photo pour le commandement et on repart.
Après un point GPS on se trouve pile au Nord de l’objectif, on prend sur notre droite et on longe la clairière, on traverse la route, personne. C’est pourtant bien là, on fait des bonds, on se stoppe. Je demande à prendre de la hauteur mais le groupe n’est pas chaud. Je monte quand même, c’est abrupte, mais je prends vite de la hauteur et le terrain de l’extraction est maintenant clair pour moi, je transmets. Pas une seule réponse, je re-tente, rien. Ma com est HS au pire moment, je peux recevoir mais pas émettre. A mi-hauteur de la pente j'aperçois un pax, gilet tan, m4, je transmets par signes, mais c’est pas facile quand il faut entrer dans les détails et d’autant plus quand on pense que tu hallucines encore ;P
On sort les téléphones c’est bien plus simple, ouf. Ghost monte à ma hauteur 20m derrière moi. Nous ne sommes toujours pas repérés, je garde en joue le pax qui se trouve 50m plus loin et Woluf progresse. Trop tard, il nous a vu, il bouge et je ne l’ai plus en visuel. 20s plus tard un tir sourd et très atténué brise le silence. Ca vient de derrière et d’au dessus! Je le savais, les Chinois passeraient par là mais j’espérais qu’ils arriveraient plus tard, pas de chance. Deuxième tir, maintenant du GBBR, ca claque, je suis mal, juste derrière mon arbre je dois trouver une position pour être invisible de la droite ET de la gauche. Je sors le PA et j'espère ne pas me faire voir. Ghost ouvre aussi, ce n’est pas loin du tout. Je glisse sur ma mousse et me retrouve la tête en bas. Pas de casse mais par contre je vois 2 pax sur ma gauche, cachés par les arbres, ce sont les coréens, là on est mal… Je me remets dans le bon sens, et fuck la discrétion il faut que je monte si je veux servir à quelque chose!
Woluf nous apprend que notre medic a perdu sa carotide lors du tir. BOM……..SHUUUUUIT…….TAC. Putain mais ça c’est pas un tir de merde. Plus de com de mon binôme. Ghost ouvre de nouveau au PA en face de lui, j'aperçois sa cible, j’ouvre, trop loin ! Il faut que je grimpe. Au même moment je vois le renard détaler aussi en direction de la crête, nous somme à la même hauteur, la même vitesse, le sol est pentu et bourré de petites bosses. On grimpe encore et je le vois perdre l’équilibre, il tient le bougre! Pas moi… Je m’étale dans la mousse lamentablement une fois de plus. Il fait 10m de plus et se terre dans un fourré. Woluf est finalement touché au bras droit, il se trouve près de notre medic, Ghost lui est touché à la jambe. Deux choix possibles, retourner auprès de mes camarades les soigner et passer sous le feu de la COOPS dans mon repli, ou avancer de 10m et tenter de finir le travail car je pense ne pas avoir été repéré. Désolé les gars mais je suis trop près pour rebrousser tout de suite. J’avance (je traîne ma carcasse plus exactement) dans la pente, 30cm par 30cm, entrecoupé de longues pauses pour écouter le moindre bruit. Ca se déplace là-haut, je les ai perdus. A la radio ça râle, “ils vont pas venir nous achever…” ça fait 15 minutes que je traque des fantômes, la missions prime après tout et puis on abandonne personne! Ouya!!!
Je prends mon courage à deux mains mais surtout ma réplique, et tel Bambi dans les prés je bondis hors de mon trou et vais me jeter au pieds de notre leader pour le soigner. Je bondis à nouveau et repère Woluf, je cours vers lui et saute dans le même trou que lui. Oh connasse c’est profond!!! Je glisse, me rattrape à une branche. “C’est profond putain!” “Oui et il y a pas de fond, ça fait 30 minutes que je glisse”, j’attrape son bandage et c’est reparti!
Pendant que Ghost replie vers nous Woluf traîne sur la route notre medic qui manque de rester coincé entre deux arbres.
Une tactical micra passe, c’est la panique, qu’est-ce qu’on fait??? juste avant son retour on décide de l'arrêter, ce seront toujours des pax en moins sur nous pour après. Je reste pour surveiller la colline, se faire prendre par derriere ça suffit. BOUUM, la 40 qui claque, ça avoine sec au GBBR (tout l’art du “si ça chie tu poivre!” est là). Plus de bruits, la fouille commence. J'aperçois un pax qui descend de la montagne à che… à pied et qui ne m’a pas vu, j’attend, il passe entre deux arbres, j’appuie, la culasse s'écrase dans mon épaule et le tir file droit, un cran trop tôt, il y laisse des poils de barbe et repart en sens inverse plus vite que je ne l’aurais cru possible. Je reprends mon inspection. La fouille prend du temps, les gars discutent mais les adversaires sont toujours là et eux ne font pas de bruit. Ca se déplace de nouveau et là ce sont les Chinois qui font le boulot, ça tire quelques coups au GBBR et on entend un râle. Le calme revient dans la forêt, il est temps pour moi de rejoindre mes camarades qui rigolent avec les morts. Je me place en surtout et dans l’axe du chemin. Ca claque à nouveau mais plus assourdi, je soupçonne River de se faire quelques petits plaisirs dans cet environnement wink.gif.
Après une dizaine de minutes à déconner mes comparses me rejoignent et on repart à l'assaut par la gauche de la clairière. J’ai l’impression d'aller à l'abattoir pour être franc mais bon, avec des amis c’est toujours fun ;P.
On tourne, à droite, à gauche, on ne sais pas comment faire. Ne tienne qu’à la bravoure de notre leader, il se porte volontaire pour rusher l’objectif et revenir. J’entre dans le bois pour couvrir de l'intérieur, je me poste et ma radio crépite, “White, reviens”. Je me lève doucement, ça crépite à nouveau, “White reviens immédiatement sur nous!”. Bon là c’est clair, soit ça a merdé grave soit je vais me faire taper sur les doigts… Le choix n’est pas facile wink.gif
Je reviens, mes camarades ont disparu… Woluf sort sa tête du fourré (un peu comme dans les tape-taupe) et je m’enfonce avec mes acolytes bien à l’abri. Ghost à rempli sa mission avec brio. Nous devons tenir 1h avant l’arrivé de l’évac. On se pose en mode tactique pour couvrir tous les angles (mais surtout pour pouvoir pioncer pcq c’est comfortable ici ^^).
35éme minute:
Des bruits sur la route nous sortent de notre léthargie. Ca discute, ça rigole, on se regarde avec Woluf, les pax ne sont vraiment pas loin. Les muscles et les nerfs tendus on se prépare. 4 cyclistes passent doucement à 2m de nous. Si seulement ils avaient su… Woluf me confirme qu’à 5s prêt il me demandait de sortir avec lui pour réduire au silence ceux que nous prenions pour des Coréens… Ca aurait fait désordre dans les rapports wink.gif
On se rendort (mais pas trop).
55éme minute:
Alex nous réveille, on se prépare.
57éme minute:
La tactical micra passe en trombe devant nous et s'arrête au frein à main 10m plus loin, dans la trouée.
57 minutes et 10 secondes:
La troupe de 4 sangliers sort de son trou, répliques crachant tout ce qu’elles savent sur l'extérieur où sont postés 3 pax légèrement en surplomb. Woluf en tête, moi en second et suivi de notre leader et de notre médic. Deux pax s'effondrent, un troisième se trouve derrière le bosquet. Il pleut des billes dans tous les sens, notre leader s'effondre derrière moi, je couvre notre medic qui le traîne les 3 derniers mètres pour le jeter dans le coffre. J’entre dans le transport en tirant sur le bosquet, quand 3 impacts dans ma réplique et le démarrage en trombe de la micra me font me scotcher dans mon siège. Nous prenons les 2G de puissance maximale de la micra au démarage (sans caler) et nous filons vers le monde libre.


Fin de rapport de mission
Une deuxième OP milsim pour moi qui vient entériner le fait que j’aime cette vision de la pratique de l’airsoft.
Un grand merci aux orgas pour nous avoir fait vivre ces deux jours intenses.
Un grand merci à tous les participants, pour le fairplay et les sensations que nous avons partagé.
Une dédicace spéciale à mon binôme, Woluf.
Une équipe DELTA de fous, d'excellents moments partagé.
Les plus et moins selons moi:
Une OP bien ficelé
Des infos secrètes jusqu’au dernier moment
Un temps superbe
Des adversaires au top du top
Un camp avec une tarp bien tendu ;P
La végétation rendant extrêmement compliqué la discrétion et le travail de TP
Un terrain connu
Lors des objectifs, nous étions systématiquement attendu (des Coréens), ce qui rendait chaque assaut à 4 contre 7 suicidaire
Go to the top of the page
 
+Quote Post
misterV
posté 12/05/2018, 14:28
Message #3


Membre actif
**

Groupe : Membres
Messages : 532
Inscrit : 12/12/2012
Lieu : Perigueux
Membre n° 85,995




Retex Op Frontline
Escouade Chinoise

Une conversation est créée par notre commandant pour cette événement. Tout est relativement calme, les infos arrivent au compte goutte, sont stockés au fur et à mesure sans grand discour. Aucune stratégie n’est établie, pas de formation tactique, de scénario fantaisiste imaginé, rien. Puis le débat s’ouvre quelques heures avant l’op sur une autre conversation, un débat des plus critiques, d’une rare violence. Qui portera le bocal de pâté destiné au casse croûte avant l’op ? De quels origine sera t’il? Dordogne? Nièvre? Du fait maison bien sur, pas d’industriel chez nous. Un pot de chaque sera finalement porté. La seul conversation de cette op est clôturé ici, pourquoi aucune préparation me direz vous? Chacun sait déjà ce qu’il a à faire. Pas besoin de faire de discours la dessus. L’op approche.
Jour J
9h15 j’arrive sur un parking dissimulé, à l’abri des regards, le reste de l'escouade à savoir River Green et Quentin arrivent dans 15 min, timing respecté. Après quelques insultes de chaques côtés en guise de salutation, je charge mes affaires dans la tactical 206, allume le gps et guide le convoi. Les courbes rapides, virages serrés et épingles s'enchaînent, de quoi rappeler à mes équipiers que la Dordogne est belle et bien une terre de caractère.
Nous arrivons sur le point de rendez vous avec un temps d’avance, je dégaine la boîte de pâté périgourdin en premier avec comme argument qu’il serait dommage d’ouvrir le pâté de la Nièvre, afin d’éviter le gaspillage. L’ouvre boite asmc à 50 cts entre en action pendant que chacun commence à s'équiper, en guise de dessert un formidable gâteau au chocolat, l’attente commence.

Nous sommes prêt, l’heure approche. Nous entendons arriver tambour battant notre véhicule de transport, un terrible 4 cylindres, 5 portes, un chassi des plus résistant supportant un blindage acier d’une épaisseur d’1mm, une tactical micra. Notre commandant est là, devant nous, ça devient sérieux. Nous embarquons. Le paysage défile. Le 4 cylindre hurle tout ce qu’il peut, surchargé par notre matos et nous même. La caisse heurte même plusieurs fois le sol lorsque nous nous engageons sur la piste menant à notre insertion sous les rires de tous les occupants. Nous débarquons, une enveloppe nous ai donné, le véhicule repart.
Nous faisons un rapide point topographique, chargeons les sacs et armons les répliques. Notre zone de bivouac sera dans cette zone. On cherche ou monter le camp, puis finalement nous camouflons les sacs en silence, une cycliste vient de passer à moins de 10m de nous.

Notre mission est d’abattre une femme Lou Kang Bo, une espionne internationale, la quarantaine, corpulence fine, elle est localisée près du camp nord coréen. Distance approximative à vol d’oiseau, 1km. Nous arrivons au sud du camp, apercevons le premier contact, un homme visiblement seul, il surveille. Nous rebroussons chemin pour arriver ensuite côté sud-est du camp. Notre TP entend une voix de femme, nous nous focalisons la dessus. Je stoppe mon avancé, nous sommes suffisamment près, notre TP prend la relève seul, je reste en couverture avec Quentin. Notre TP River Green rampe tout proche de cette femme lorsqu’il est repéré et engagé, demi tour expresse pour replis stratégique. Nous rebroussons chemin et tentons notre chance par le côté Ouest, sur le trajet j’ouvre la marche quand j'aperçois au dernier moment un nord coréen ce mettre en position de tir face à nous, son red dot brille au moment ou je le met en joue, je décroche 3 billes, une fera mouche, c’était plus que chaud pour nous. Nous marchons à pas de loup, le camp nord coréen est en visuel. Même principe, le TP passe devant, Quentin notre médic et moi même éclaireur restons en retrait. Notre TP ne voit toujours pas cette femme nous décidons alors d’engager les nords coréens pour les déstabiliser. Juste avant d’engager un craquement se fait entendre dans les bois à faible distance. Je fais signe à Quentin qui lui aussi a cru entendre. Je préviens River, “mouvement suspect à ta droite”. River pivote et lève son VSR. Coup partit, nous entendons l’impact. Il vient d’abattre un autre sniper, sans doute un us. Il quitte sa victime du regard et engage les nords coréens. Le premier tir fait mouche suivi d’un cri de douleur, le deuxième frappe une bâche bien tendu, le troisième frôle sa cible et s’écrase sur la même bâche, visiblement et en raison de l’onde de choc à l’impact, la cible s'effondre sans s’être fait touchée. Nous décrochons avec 3 victimes au compteur. Toujours à la recherche de l’espionne nous tentons notre chance par le côté Est. Nous sommes tout proche de la zone, lorsqu’un patrouilleur apparaît, il se fait aussitôt coupé en 2 par notre TP, nous restons en stand by, le patrouilleur n’était pas seul. Pas de femme en vu, nous sommes tout proche de la zone.
Des craquements se font entendre derrière nous. Nous sommes pris en sandwiche entre les nords coréens et les us. Quentin et River engage, visiblement une cible s'effondre, lorsqu'une deuxième apparait, je tir en même temps que mes équipiers, la cible s'effondre, les avons nous touchés? Sur des tirs en végétation dense, nous n’allons pas au résultat.
Il reste encore du monde, je préviens que je vais me replier, et part comme un missile alimenté par l’adrénaline, je me retrouve fasse à des ronces grosses comme mon pouce, pas le temps de changer de direction, je fonce sans sentir la douleur, l’ensemble sous les tirs adverses. River s’extrait à son tour en mode freestyle et atterrit (atterrire est le terme qui convient le mieux) à côté de moi qui réalise un tir de couverture. Quentin engage une cible qui visiblement s'effondre, puis ce repli furtivement. Nous nous éloignons de la zone. Nous ne savons pas si nous avons touché, qu’importe les us ne sont pas notre objectifs.
L’adrénaline diminuant, la douleur des multiples épines se fait sentir, j’en retire une énorme sous les rires de mes équipiers “Garde la pour te chauffer cette hiver celle la”. Nous n’avons pas trouvé cette femme, échec mission. Nous apprendrons plus tard qu’il s’agissait en faite d’une femme imprimée sur un carton comme cible. Carton qui avait été vu par notre TP sans en tenir compte, nous cherchions une femme avec de vrai boobs nous ;-)
Sur le chemin du retour nous trouvons une petite zone dégagé parfaite pour notre bivouac. Nous récupérons nos sacs et préparons le camp pour la nuit.

Seconde mission, repérer la zone d'extraction. Nous partons dans la direction de la zone, quand lorsque nous arrivons à proximité nous sommes informé du passage d’un véhicule sur un chemin, nous partons nous mettre en position et attendons. Une patrouille nord coréenne à pied passe à proximité et dit “il y a du passage dans l’herbe” merde si il remonte la piste, nous sommes au bout. Nous entendons alors par le biai de leurs talkie, “laissez tomber”, “remontez”, sous un ouf de soulagement.
L’attente commence, la patrouille véhiculée à du retard, puis toujours rien 45min plus tard. Sur de notre position nous contactons l’orga. Visiblement la voiture est passée, mais pas ou nous sommes, il y a eu une erreur de coordonnées lors de l’impression de la carte par les orgas. nous remontons puis recevons un message nous confirmant que la patrouille arrive, les coordonnées sont sur, nous nous mettons en position, il fait nuit, il est quasiment 23h. Nous sommes en attente à l’embranchement de 2 chemins, River est de l’autre côté du chemin, Quentin dans mon dos et moi à ras du chemin derrière un gros chêne, grenade dans la main, le calme règne.
La voiture approche, les phares percent cette dense végétation. Lorsque soudain je me retrouve quasiment nez à nez (environ 80cm) d’un blaireau (oui oui l’animal) aussi surpris que moi le blaireau me fixe du regard pendant 3 bonnes secondes. Je souffle “chhhhhhhh” le blaireau détale aussi vite que ces pattes le lui permettent, sous un fou rire général de toute l’escouade (fou rire le plus silencieux possible). Amicalement renommé “Rocket Blaireau” celui ci disparaît dans la pénombre.
La voiture approche, 30m, 20m, 15m … je dégoupille ma grenade et la jette en direction de la voiture. Une violente explosion déchire cette nuit si paisible. La voiture s’arrête détruite. Les portières s’ouvre à mon grand étonnement (la règle voulait qu’une grenade détruise et tue tous les occupants) j’engage le conducteur qui tombe blessé, celui ci est tiré à l’arrière.
Quentin engage à son tour, puis je lui dit “Quentin, grenade” ils étaient tous derrière la voiture, Quentin dégoupille et lance la grenade une deuxième explosion hôte la vie de tous les patrouilleurs. Nous récupérons les documents secrets dans la voiture dans un épais nuage de poussière accompagné d’une forte odeur de poudre. Nous disparaissons dans la pénombre tout comme la si bien fait Rocket Blaireau quelques minutes auparavant.
Nous rentrons au bivouac pour un peu de repos. Un chien jappe au loin, m'empêchant de dormir, il s’arrête, il est 2h du matin, je commence à m’assoupir, 2h10 une grenade explose vers le camp nord coréen, à environ 900m de notre position, sans doute les us qui portent les croissants ou la soupe à l’oignon aux nords coréens. Le chien se remet à japper ….. Putain …..
JOUR 2
4h30 on se lève, plions le camp et planquons les sacs, nous partons chercher des infos dans une BAL (boîte aux lettres) a environ 150m de notre camp, pas un bruit, nous localisation la boite, il y a une lampe dedans, on se met à chercher et à remuer chaque pierre du muret entourant le chemin, rien.
Nous recevons un message “BAL récupéré par us” merde. On rentre au camp, sans les infos, nous sommes alors informé que les documents nords coréens doivent être détruit, peu importe par qui tant qu’ils le sont, visiblement c’est le but des us.
Autant les laisser faire et leur barrer la route au moment de leur extraction.

Cela nous permet de ne pas prendre de risque inutiles. Nous sommes informés qu’une patrouille de nord coréen va aller chercher du matériel médical dans la zone ou nous sommes, le jour s’est levé. Nous partons les empêcher et arrivons à proximité de la BAL ou nous apercevons un tarp, je monte prêt à tirer, c’est le camp us, River monte et récupère compresse et poches de sang. Aucun regret pour la BAL, leur camp est à proximité, on aurait pu se faire couper un deux si on était arrivé plus tôt. Sans le savoir les 2 camps était espacé d’environ 100m, eux coté gauche du chemin et nous côté droit.
Nous partons en direction du point d’extraction, dans la pente je descend sur un chemin tout doucement et croise le regard d’un patrouilleur qui fait de même à environ 30 m, ils sont 4. Je fais demi tour en indiquant à mes équipiers qu’on est pas tout seul.
Les patrouilleurs s’en vont, nous attendons une bonne demi heure embusqué. Suite à cela nous reprenons notre marche et arrivons à proximité du point d'extraction. La zone est calme. Nous sommes en haut d’une forte pense, un bas une zone plate surplombé d’un chemin et d’un bout de pâture. Je distingue une silhouette, en informe notre TP qui se met en position. “Je fais quoi j’engage?” dis River, “oui vas y”, il décroche plusieurs billes dont une qui va s'écraser dans la tête de la cible. Une autre silhouette apparaît pour aider la personne engagé par notre TP, je tir, sans conviction, visiblement la cible s'effondre. Nous continuons notre marche, s'ensuit un violent accrochage entre un adversaire et moi même, je réussi à m’échapper en évitant la chute de justesse. River abat une autre cible, nous reculons suite à un adversaire dont nous ne sommes pas sur de la position, qui plus ai, des patrouilleurs nord coréen sont dans la zone.

Nous revenons à la charge suite à une explosion entre nord coréen et us, descendons la pente, lorsqu’on aperçoit des civiles à vélo, je fixe une dame à environ 80m et croise le regard d’un nord coréen. Demi tour je pars me cacher. Les cyclistes passent.
Je préviens mes équipiers que nous sommes traqué. Je remonte la forte pente pour faire diversion, voit l'adversaire en contre bas, j’engage dans le but de le faire fuire. Celui ci par en courant. Champ libre nous arrivons sur la zone d’évac.
Personne en vu, un véhicule arrive, freine, les us sortent d’une haie comme un troupeau de sanglier, lequel tiré? J’en blesse un visiblement qui est de suite épaulé pour aller jusqu'à la voiture. Puis suis blessé à mon tour tout comme River, Quentin, quand à lui échappe aux tirs, il réplique tout ce qu’il peut, la voiture sans va. Fin de l’op.

Je tiens à remercier les orgas pour cette op ainsi que leurs réactivités lors des imprévus (coordonnées faussées), du beau boulot les gars !
Merci à mes équipiers Quentin et River Green pour la bonne entente général et habituel et pour tous les moments de déconne eux aussi habituels.

L’escouade COOPS
Go to the top of the page
 
+Quote Post
misterV
posté 12/05/2018, 14:30
Message #4


Membre actif
**

Groupe : Membres
Messages : 532
Inscrit : 12/12/2012
Lieu : Perigueux
Membre n° 85,995




retex Corée du Nord
Journal de campagne d’un soldat Nord Coréen retrouvé près de son cadavre
Samedi 5 mai 7h30
je m'apprête à partir de ma campagne natale pour rejoindre mon contingent afin de lutter contre le capitalisme américain et l'impérialisme chinois.Ce sont mes premiers pas dans la vie milsim et l'appréhension est à son comble.
Après une halte inopiné au petit garage du coin pour un témoin récalcitrant, me voici arrivé 1h15 plus tard chez notre général Stéphane,nous accueillant pour un briefing ainsi qu’un café bien mérité.
Sont présents les soldats Dylan et Victor, notre médecin chef Marine,noter general bien sur et moi même complétant la force de frappe de notre chère patrie.Après un court discours, nous nous répartissons dans deux voitures , plus motivé que jamais et direction un lieu tenu secret de tous.Nous avons 1 heure pour dresser notre campement avant le début des hostilités.
Pendant ce court moment d accalmie,nous rejoignent le soldat Volodia avec la tactical micra qui nous servira de transport de troupe et du commissaire politique Julien Massière.
10h30
Le camp dressé,les premiers ordres tombent: effectuer une surveillance autour du camp afin d'empêcher toute intrusion et protéger notre station de brouillage. Nous sommes, notre général et moi même les premiers à effectuer notre rotation affublé du commissaire politique nous questionnant sur nos motivations envers notre président bien aimé et sur notre pays.
Je dois bien l’admettre maintenant mais un sentiment de paranoïa nous a tous mis un sérieux doute sur le commissaire Julien notant tous nos propos.En discutant avec mes frères de répliques,une envie de meurtre nous a tous traversé l’esprit.
Le temps passant et aucune activité hostile ne vient pertuber notre camp.Je me demande si le commissaire sait ce qu’il fait mais je suis bien obligé de le croire.
La patrouille véhiculée s’apprête à effectuer sa première sortie. Les soldats ,restants au camp continuent leur rotation toujours en binôme.
45 mn plus tard retour de la patrouille : RAS
16h
un ordre tombent: escorter deux VIP afin de les extraires de la zone de combat.
Le général et moi-même accompagnons l’un des VIP vers un aéroport pour extraction en hélicoptère;celui-ci étant souvent en retard,nous avons deux heures pour réussir notre mission. Nous nous déployons afin de le protéger au mieux . C ‘est le calme plat. Je me demande si les renseignements concernant une activité hostile sont avérés.
Le deuxième VIP est en partance pour son lieu de rendez-vous accompagné du soldat victor ainsi que Marine. ils ont une heure pour accomplir leur missions
1h30 plus tard ,un appel radio du soldat Volodia nous stipule que la relève arrive. Bon grés mal grés,nous accueillons nos camarades Dylan et Volodia pour les quelques minutes restantes. Frustrés de ne pas en découdre avec l’ennemi,nous rentrons au camp afin de reprendre des forces. Chemin faisant,nous apprenons que des hostils se rapprochent de notre VIP( non mais sérieux c est abusé :1h30 rien ne se passe et 5 mn après le changement ils sont accrochés). Après une courte hésitation , nous décidons d'en découdre aussi mais le soldat Dylan nous signale qu’en fin de compte,ils sont parvenus à maîtriser la situation.
Aux alentour de 18h
Des mouvements hostiles autour du camps se font entendre. Note général,soutenu du commissaire politique,leur signale qu’ils n’ont rien à faire ici et tout ingérence dans notre pays sera prise comme un acte d'agressivité.Un sniper est repéré tournant autour du camp ,prenant des photos de nos installations. Le moment tant redouté que j’attendais fini par arriver.
Le temps passe et la tension est à son comble. Effectuant une surveillance autour du brouilleur, pierre angulaire de notre camp, mes yeux se portent sur une silhouette près d'un arbre.Restant sans réaction,deux impacts se font sentir sur ma personne et je m'écroule mortellement blessé.L’ennemi est à nos portes et j’ai failli.Des accrochages se font entendre dans tous les abords du camp. On dénombre de nombreux blessés:notre marine allant vers les uns et les autres. N’ayant pas donné ma position,je reste là à attendre les secours. Je revoie le film de ma triste vie en me demandant ce que l’on pensera de moi. Par radio,j’apprends que nous avons repris le dessus et je commence à reprendre espoir a l’approche de la tactical micra venue me chercher. Repoussant les dernières poches de résistances, on me hisse tant bien que mal et direction le camp où l'on me portera les 1ers soins.
A mon arrivé,je constate l'étendue des dégâts. Nous avons réussi à faire un prisonnier mais malheureusement , notre commissaire politique se fait descendre par un homme isolé ne laissant notre général Stéphane seul face à son destin qui n'écoutant que son courage règle son compte à l'envahisseur.Impuissant,je regarde le deuxième hostile s'approche,tournant autour de notre armurerie et finit par tomber lui aussi.
23H
Le repas pris,nous effectuons nos premiers tours de gardent. Nos renseignements nous apprennent qu'une attaque est prévue .Sachant cela,notre général envoie la tactical micra effectuée une sortie .Nous partons à quatre pour en découdre et montrer que nous ne tolérons aucune ingérence dans notre pays.Malheureusement ,notre expédition sera stoppé à mis chemin par un tir de 40 mm immobilisant notre tres chere micra.S'extirpant de celle-ci , deux grenades viennent parachever le travail,réduisant notre petite équipe à l'état de chair brûlante pour les vers de terre.Cette fois-ci,ceux sont les chinois qui nous portent l estocades et ,telles des ninjas,disparaissent dans l’obscurité aussi vite qu’ils sont venus. L’attaque n’aura duré que très peu de temps,démontrant les forces en présence.
Durant la nuit,nous subissons une autre attaque furtive nous laissant sur le carreau:les américains profitant lâchement d’un moment de relâchement de notre part pour nous attaquer . HONTE A EUX !!!!! Aucune morale.
Il s'avérera plus tard qu ils etaient la depuis le début de la nuit , attendant le moment opportun pour nous frapper dans notre sommeil.
Dimanche 06 Mai 5h du matin
Après une nuit plutôt froide,nous avalons un rapide petit déjeuner . Le soldat Volodia nous stipule qu’une énième attaque peut se produire à tout moment. Je commence a regretter d'être parti de chez moi. Je n'ai pas signé pour ça. Des coups fusent de toute part. Nous réussissons à repousser l'ennemi mais nous subissons de plus en plus.Ayant épuisé tous nos soins ,un droppage de médicaments est demandé.Accompagnant Marine ,Volodia et Dylan,nous laissons le camp faiblement défendu.Malheureusement profitant du sous effectif,les américains finissent par avoir raison de notre brouilleur,laissant trois camarades sur le carreaux.
N'ayant plus rien à perdre,notre seul raison d'être maintenant est d'empêcher toute évasion.Nous rendant sur le poste frontière nous tombons sur un américain se rendant a son campement. Des coups partent et l’ennemi se retrouve au sol.Après une courte fouille infructueuse,d’autres arrivants nous obligent à abandonner la position.
Enfin arrivé à la frontière après plusieurs minute de marche,nous nous positionnons afin de mettre notre plan à exécution. Le retour de nos camarades nous permet de revenir au camp récupérer notre tactical micra afin de fortifier notre position.
Une longue et difficile marche nous attend mais nous partons confiant et remonter a bloc.Chemin faisant , nous apprenons par radio que les forces ennemies sont déjà présentes et nos compatriotes ont toutes les peines du monde à ne pas se faire repérer. Nous prenons un malin plaisir à retarder notre arrivée profitant du calme avoisinant. N'écoutant que notre courage, nous entrons dans le vif du sujet. Le premier passage se passe sans encombre mais malheureusement pas le second.Une embuscade rondement menée réduit notre tactical micra et en essayant de s’extirper ,trois d’entre nous tombent sous les feux ennemis. Seul Dylan arrivera à s’en sortir. Un coup de maître à la sauce américaine.
Pour ma part , Marine,Victor,Julien et Volodia fin de l’op. Notre général et dylan serons les deux seuls survivants.
L’extraction du camps US finira par un succes.
Fin de rapport



Pour une première, la difficulté rencontrée fut au niveau des touches et du médic.Ne pas se déclarer,tomber au moindre impact a été mal assimilé. Plusieurs erreurs de ma part m'ont fait comprendre toute la différence entre les dominicales et le milsim mais on apprend en pratiquant et je compte bien pratiquer.
Être aussi limité en billes permet un tir plus précis et moins à défourailler comme un sauvage.Durant les deux jours,je n’ai vidé qu’un chargeur de PA soit 20 billes et un chargeur et demi pour la réplique soit environ 50 billes.
Pour en terminer,un grand merci à tous les participants,merci aux orgas pour ce we de fous et merci aux THK pour m'avoir découvrir une autre facette de l airsoft
A bientot Rorcha terminé
Go to the top of the page
 
+Quote Post
misterV
posté 12/05/2018, 14:34
Message #5


Membre actif
**

Groupe : Membres
Messages : 532
Inscrit : 12/12/2012
Lieu : Perigueux
Membre n° 85,995




Retex OP FRONTLINE
White & Woluf
Binome TP (sniper/spoter) DELTA 1

Pour nous, tout a commencé en Mars lors de l’annonce officielle de l’OP sur Facebook. A l'affût des moindres infos (très peu nombreuses), nous avons commencé à extrapoler sur la localisation du potentiel terrain. D’après le peu de photos, nous avons situé une voie ferrée et, après d’intenses recherches Facebook nous avons retrouvé les divers lieux de travail du père de l’un des orgas (nous savions de source quasi certaine que ce serait sur les terres en question que nous jouerions ); nous estimons alors jouer dans les alentours de Vigeois en Corrèze.
Après deux mois sans aucune fuite d’info les éléments s'accélèrent, les infos tombent, les règles de médic, le background, l’emport et enfin les discussions de squad. Nous savions donc avec qui nous serions et surtout dans quel camp. Un groupe composé de 4 opérateurs répartis en deux binômes distincts (DELTA1 et DELTA2) mais regroupés sous la même bannière, celle des SEALS Américains. Nos objectifs seront principalement la récupération d’informations, la destruction de personnels sensibles et enfin la destruction du matériel de brouillage Nord Coréen.



Nous avons donc été à la recherche d’informations par nos propres moyens. Demandant de manière discrète et subtile auprès des joueurs que nous savions qu’ils participaient. D’info en info nous avons établi des hypothèses sur le nombre et l’identité des adversaires, leur faction et leur mission globale. De notre côté nous lâchons des infos, fausses bien-sûr pour tromper l’adversaire potentiel. C'est sûr, ils sont convaincus que nous sommes dans des équipes séparées, avec des Squad-référents différents. Plus nous lâchons d’infos plus il nous en arrive, nous sommes méfiant mais elles confirment nos estimations. Il y aura trois équipe, nous les US avec 4 opérateurs, les Nord-Coréens qui seront au moins 6 et les Chinois en binôme TP.

Le rythme s'accélère encore, des infos tombent, autant pour le background que pour le jeu pur.
Une puis deux photos à une semaine de l’op, il n’en faut pas plus pour que le binôme, regroupé autour d’un rafraîchissement, se penche en profondeur dessus. On télécharge, on zoome, on dézoome, on griffonne sur des calepins les infos que nous voyons. Effectivement il apparaît sur les photos des bouts de trame des objectifs qui confirment une nouvelle fois nos estimations sur les camps adverses et les horaires de drop, et dans le coin de la deuxième photo, une infime partie de carte IGN !!!! Les méninges tournent à fond, les infos fusent d’un bout à l’autre de la piéce, questions, réponses, possibilités, rien ne nous échappe, on se croirait dans un PC de camp en pleine guerre !!! Ca y est, on y est à 800%.
Focalisés sur les coins de Vigeois nous ne trouvons rien, échec sur échec, tant pis ! On persiste et signe, il nous faut trouver ! On reprend à deux la carte et on re-regarde en détail, la photo est prise d’un smartphone, la qualité est raisonnable mais zommé en x8 il y a des limites wink.gif On prend lettre à lettre les trois nom de patelin qui semblent complets et au détour de quelques refus de notre ami Géoportail on change les lettres qui se ressemblent pixelisées, les e deviennent des o, les l des t et là miracle ! Un code postal qui nous dit quelque chose, nous cliquons, le cœur palpitant un peu plus à l’idée d’avoir craqué les secrets de cette photo. Enfin tout devient clair, le patelin, situé en haut à droite de la carte au 1/25000 se situe à quelques kilomètres d’un terrain que nous connaissons. Nous en sommes sûrs, ce sera là, sur les hauteurs de Terrasson, le terrain que nous appelons « la palombière » sera le terrain de ce conflit, celui de la course à l’information et à l'armement nucléaire de la péninsule Nord-Coréenne pendant 48h.
Nous transmettons à notre équipe ces nouvelles informations, seul notre Squad leader ne connaît pas le terrain, rien de grave il est débrouillard et accompagné en binôme de notre Médic qui lui le connait bien pour y avoir déjà joué.

Maintenant nous pouvons valider nos configurations, Ghillies ( ça va encore nous les avions faites avec des photos de divers endroits de Corrèze prises quelques semaines plus tôt, mais la végétation était similaire) , bouffe, couchage, vêtements, le tout en fonction du temps et de nos missions qui seront de la recherche et destruction. Nous discutons entre nous de ce qui est le mieux, nous tombons d’accord sur le fait que nous serons équipés de Chest-rig, sac ultra light largable attaché à celle-ci, le tout pour que nous puissions avoir en permanence nos Ghillies sur nous et surtout que nous soyons le plus léger possible. Nous partagerons pour le couchage un tapis de sol et un duvet été, au vu du temps plutôt clément.

Vendredi 4 mai
Afin de croiser nos dernières infos, vérifier une dernière fois notre matos, et passer une soirée agréable avant que ce soit la guerre, nous nous retrouvons tous les quatre chez Woluf.
Samedi 5 mai
C’est le jour J, on se réveille et on déjeune, on charge la voiture et départ pour le terrain de Trassalvas pour les derniers réglages de répliques.
10h00: on reçoit un message de notre squad référent: RDV sur un petit parking à 12h15
12h00: en nous rendant au lieu de RDV on passe devant un autre parking et on y aperçoit une voiture bien connue. On décide d’aller voir directement, cela confirme nos infos: la coops sera présente et elle a été droppée avant nous.
12h15: on est sur le parking, les deux orgas sont arrivés, ils nous font un brief de sécu.
On s’équipe et on monte dans les voitures.
13h00:
Le vol s’est mal passé, nous sommes séparés de Delta2
Arrivés au sol, on s’écarte du lieu de chute et on se poste pour prendre connaissance de la carte et de nos objectifs.

Notre premier objectif est d’installer un camp qui nous servira de spawn, nous décidons de prendre le risque d’attendre de retrouver delta2 pour prendre le même spawn qu’eux: en effet les communication sont compliquées.
Notre deuxième objectif est d'abattre Jans Brauman, c’est un électromécanicien ukrainien qui bosse pour les nords coréens, il les aide à la maintenance de leur réseau électrique. Nous savons qui sera à une installation électrique entre 16h et 18h .
Nous ne savons rien sur ce lieu sinon que les patrouilles motorisées doivent y avoir accès, ce qui réduit un peu la zone. Plus tard nous recevons un message de notre squad référent nous indiquant que les photos satellites laissent à penser que la centrale électrique serait située en E8 et F8.
Nous avons aussi une description sommaire: 1m70, de type caucasien, 54 ans, corpulence moyenne, traits lourds, affectionne les casquettes, cheveux blancs.
On se met en route, et on parvient à contacter delta2. Eux doivent inspecter deux zones; nous décidons de nous retrouver plus tard, en plus leur deuxième lieu n’est pas si loin de notre objectif.
Après 30min de marche, on entend au loin quelqu'un crier: “déclinez votre identité” suivi de plusieurs injonctions, on contacte immédiatement delta2, ce ne sont pas eux ouf ! Il y a quelqu'un d’autre que nous et les coréens sur cette zone…
On reprend la marche et on arrive au un pilier électrique avec une vieille voiture, mais il n’y a rien, on continue.

Notre progression est assez rapide, à 15h on arrive en dessous de la zone potentielle. On aperçoit une 4L jaune et 3 pax qui s’affairent à transporter des panneaux sous un hangar, on note la zone et on décide de faire le tour pour arriver par un autre endroit. Celui-ci nous fait arriver en contrebas et ce n’est pas à notre avantage.
On progresse et on arrive en bordure d’un chemin. Après avoir observé on décide de traverser; un peu plus loin au détour d’un fourré je repère un pax (casquette tan, gilet tan et m4), il y a aussi une cible avec une petite fille dessus. On contourne, White confirme deux autres pax, on rend compte à notre squad référent, ce n’est pas pour nous; on continue notre progression.
On arrive finalement par l’autre coté du plateau, je m'approche assez pour identifier ce qui ressemble à une tour radio, et à côté 3 tentes. On entend des voix, je me rapproche et me couche, je suis juste à côté d’un sentier et il y a deux patrouilleurs: ils ont entendu un bruit et cherchent. Au bout de 10 min “non ce n’est rien il n’y a personne” ...ouf.
Juste après,j'entends le feu d’un sniper, puis trois autres; dans le camp des cris se font entendre, deux ou trois pax sont touchés. Je contacte White, pas de réponse… putain ! Après quelques minutes il me dit avoir été touché au bras, je quitte doucement ma position et je vais le soigner. On continue, delta2 nous rejoint.
On s’approche par l'arrière de la cible, mais dans les fourrés nous ne sommes pas seuls... Soudain les gbbr claquent, on se planque car ils ne sont vraiment pas loin, je me déplace doucement et au détour d’un talus, je n’ai pas le temps de tirer et prends deux billes dans la cuisse. Un adversaire détale en courant mais je n’arrive pas à le toucher, une troisième bille dans le bras aura raison de moi, il me faudra une medevac. Dans l’action notre médic lui aussi sera tué et notre leader capturé.
White continue sa progression, il finira par mettre une bille dans le foie du commissaire politique avant de se faire abattre.
Notre leader quant à lui jouera bien son rôle, en effet nous nous étions fait de fausses identités: zoologues spécialisés dans le recensement d'espèce rares dans les zones de conflit (bon il n’avait rien compris alors il leur a dit qu’il était zoophile… lol) et dans une tentative de se libérer, il se fera abattre.
Notre mission sera donc un échec et nous rentrons à notre camp pour attendre la medevac.
L’emplacement du camp a été très bien choisi par delta2, il nous donne un accès rapide à deux chemins principaux pour nous rendre rapidement partout sur la carte, tout en étant assez bien camouflés.

1h30 plus tard nous sommes de retour en jeu, pour delta1 nos ordres sont de faire la jonction avec delta2. C’est chose faite, le reste des missions sera commune à delta 1 et 2.
Nos services de renseignements font état d’un commissaire politique avec des documents sensibles: il se déplace souvent, notre mission sera donc de tendre une embuscade et de récupérer des documents, ainsi qu’une photo du corps du commissaire.
Après 1h d'attente plaqués au bord de l’itinéraire qu’il était censé emprunter nous recevons un message de notre squad référent: la patrouille a du passer, nous lui rendons compte que nous n’avons rien vu sur les axes que nous devions surveiller, c’est donc un second échec.
On ne se démoralise pas, il est 19h et il fait encore jour, on décide d’aller espionner autour du camp adverse pour récupérer des infos et, si l’occasion se présente, de tuer le commissaire politique (qui visiblement s’est très bien remis de sa blessure au foie).
En cours de route on reçoit un message du QG; le brouillage mis en place par les coréens avait brouillé nos satellites et nous n’avions pas les bonnes infos, mais nous apprenons qu'une nouvelle patrouille devrait avoir lieu dans l’heure; nous sommes non loin du chemin d'accès à leur camp, on se place et on attend, la nuit tombe.
Cette fois-ci les infos sont bonnes, un véhicule passe, mais nous attendons une patrouille pédestre, donc on le laisse passer. Quelques minutes après on entend des voix, 3 pax. On les laisse passer et on ouvre le feu, c’est très rapide: on achève les cibles et on les traîne hors du chemin pour les fouiller, cette fois-ci c’est un succès: on récupère les infos et on prend la photo du commissaire.


On fait vite car le flash de l'appareil photo peuvent nous faire repérer.Oon rentre direct au camp.
Comme notre camp est bien camouflé et que nous estimons que personne ne connaît son emplacement, nous ne mettons pas en place de tour de garde, je m'endors comme une souche.
Vers 1h du matin, delta2 va asticoter les coréens en lançant une grenade en plein coeur de leur camp et en tirant dans leur tentes. Mission réussie: tous les adversaires sont abattus par la grenade.
Dimanche 03h30
Ouverture de l’ordre de mission
Nous apprenons qu’un indic a dû laisser dans une BLM des infos sur le camp coréen, ces infos nous seront utiles pour notre mission principale: détruire le brouilleur satellite. Pour ce faire un satellite civil sera détourné ce qui attirera l’attention des coréens entre 05h30 et 12h25.
Nous nous mettons donc en route pour trouver cette BLM qui n’est pas très loin de notre camp; nous la trouvons assez rapidement. Elle contient un message et un trousseau de clefs.

On se met donc en marche pour leur camp.
05h30
Arrivés à proximité, il n’y a pas beaucoup d’activité mais les mouvements de lampes laissent à penser qu’il y a des patrouilles, l’un d’elle s'arrête pisser à 5m de moi !
On entame notre approche avec l’intention de réduire toute résistance, ce sera notre leader qui ouvrira le feu, plusieurs pax tombent, les billes ricochent sur les tentes. Je continue ma progression vers ce que je pense être le brouilleur. Arrivé devant la borie ronde je me rends compte que des cartons barrent l’entrée, je donne l'info à la radio en pensant que ce n’est donc pas ça. J’avance un peu, un coup de lampe et trois billes dans le bras droit ! Me voilà à terre, le coréen crie: “ ils sont au brouilleur” C’est donc bien ici, un autre pax arrive du côté de mon bras gauche, je lui tire dessus, une bille dans le bras, il tombe à terre, dégaine et s'achève… fin de l’action pour moi.
Un peu plus tard c’est notre leader qui tombe. On rentre tous les deux au camp; les deux autres feront encore beaucoup de dégâts avant de tomber eux aussi.
Le 1er essai est un échec, mais il nous reste jusqu'à midi pour y arriver.
Mais maintenant il fait jour et à 4 contre 7 c’est plus simple de nuit.
Un fois la medevac faite, nous recevons un message du QG, les coréens doivent aller récupérer du matériel médical: visiblement on leur a bien fait mal ! On décide donc d’en profiter pour attaquer. On arrive par le même endroit que le matin précédent, il n’y a que trois pax, Alex en sort un et les échanges commencent, j’en profite pour accéder au brouilleur, couvert par mon TP. J’ouvre la caisse, prends en photo les documents compromettants les chinois et détruis l'installation.

Dans l’action notre médic se sera fait abattre.
White et moi décidons de rentrer au camp, notre leader rentre de son côté, en y arrivant nous tombons nez à nez avec trois coréens. Putain ils ont trouvé notre camp, delta2 est à terre, on les repousse et ils partent.
Une fois la medevac de delta2 effective on se rend à notre point d’extraction, on se place en lisière et on observe: personne.. C’est louche.
On décide de progresser par la frontière; après avoir repéré des coréens dans les bois juste au dessus du point d’extraction on se stoppe. White et notre leader se placent en hauteur, et là des tirs se font entendre, ces putains de chinois sont au dessus ! Notre médic tombe, je me porte à son secours, dans un énorme trou de 5m de profondeur. Finalement il aura pris une bille dans la gorge. Je me hisse pour observer hors de mon trou et je prend une bille dans l'épaule droite, et là c’est la galère, sortir mon PA et mon téléphone de la main gauche et demander une medevac toujours de la main gauche, le temps passe, notre leader se fait toucher et les chinois décrochent, White soigne notre leader puis vient me soigner, je traine Alex tant bien que mal plus loin pour que la medevac puisse être active. On se poste en bordure de chemin et la tactica micra passe avec 4 pax à son bord. On décide de l'attaquer au retour, quand elle repasse; notre médic surgit et tire une 40 dans le pare brise, le véhicule se met à fumer, les pax sortent, je lance une grenade, 3 tombent à terre, mais un réussit à s'enfuir. On réduit un autre pax caché dans un bosquet au dessus et on les fouille, mais ils n’ont rien. On récupère tout de même une poche de sang dans le véhicule.
On décide alors de rusher l’objectif pour activer la balise d’extraction et de se planquer pendant l’heure nécessaire à l’extraction. Notre leader court, active la balise et revient. On se planque dans un gros fourré au bord de la route, prêts à sortir pour embarquer dans le véhicule d'évac.

1h plus tard
Je monte un peu pour regarder, j'aperçois juste au dessus les chinois, ils doivent attendre le véhicule d’évac pour le détruire.
Celui-ci arrive pile à l’heure, on sort du bosquet, on élimine les trois chinois, notre médic prend une bille dans la tête (décidément il n’a pas de chance !), on le charge dans la tactical micra et on s’extrait.
Delta1 et delta2 mission réussie à 90%, brouilleur détruit et informations récupérées.
En résumé, ça a été dur! On en a chié mais putain c’était génial !
Merci à tous les participants, merci aux gars de mon équipe et surtout merci aux orgas, une op au top!!!!!
Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic

 



Version bas débit Nous sommes le : 19/06/2019 - 13:01