IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

2 Pages V   1 2 >  
Reply to this topicStart new topic
> Op Milsim Arc24 (mars 2018), partie privée
misterV
posté 15/03/2018, 22:11
Message #1


Membre actif
**

Groupe : Membres
Messages : 529
Inscrit : 12/12/2012
Lieu : Perigueux
Membre n° 85,995




Bonjour à tous, je poste ici un retex qui j'espère sera le plus vivant possible pour la première OP milsim que nous organisions dans notre team . Un grand merci aux 2 orgas , woluf et Hadrien .

La thématique était la suivante : un groupe de mercenaire embauchés par des militants écologistes devait défendre un territoire face aux incursions de commandos diligentés par le groupe pétrolier TO**L à la recherche de gaz de schiste .

Je vous ferais donc le retex côté mercenaire "ecolo" .

L'immersion a commencé bien avant le week-end du 10/11 mars . Les orgas , après avoir défini les équipes de chacun, ont mis en place une discussion Messenger dédiée à chaque groupe . Un orga par groupe fait office de Commander in Chief et fait passer les ordres au SQUAD leader, rôle que j'ai eu la chance de porter durant toute la phase avant et pendant OP . Notre squad est formée d'un SQUAD leader , d'un TP officiant en temps que Second SQUAD leader en cas de destruction du leader principal , d'un medic et de deux assauts . Cette organisation a été mise en place quelques semaines avant l'op et s'est avérée constituer un groupe très fonctionnel . De mon côté j'essaye de coordonner les besoins des gars, de mutualiser les emports, de les préparer à ce qui nous attend parce que je sens que ça va être velu, les orgas sont très secrets, les infos arrivent au compte goutte, très ponctuelles , fiables mais ne me mettent pas en confiance du tout sur le succès de nos missions ultérieures .
À J-2 nous ne savons pas encore où va se dérouler l'op . Les sacs sont bouclés depuis déjà plusieurs jours, les soirées se passent devant les écrans pour les uns et les autres, dernières mises au point techniques, matos, stratégies ...
À J-1 , je reçois enfin des coordonnées d'approche . Au fond de moi, je crains que ce point de rdv soit infestés d'hostiles , je sais de source sure que de l'autre côté, les gars sont chauds et veulent en découdre . Les connaissant bien, je les soupçonne d'être en capacité de nous espionner et de tenter de nous déstabiliser avant même le top depart de l'op . Je préviens mes gars, nous ferons un premier point rdv sur une zone totalement neutre dans une zone commerciale, avant de nous diriger vers le point final.
J'en réfère au Commander qui approuve .

À J0, nous faisons la jonction à l'heure précise sur un parking discret . Dernières mises au point, je donne les directives générales (on n'abandonne personne sur le terrain, j'indique aussi les différentes formations que nous adopterons selon la configuration des missions, du terrain, etc etc) , puis on décolle pour les coordonnés GPS . La route pour y aller nous donne le tempo, c'est rocheux, pentu, boisé, on va crapahuter sévère .
Soudain , après un virage on repère le point de rdv . Un kangoo blanc sale nous y attend . Les consignes étaient d'arriver équipés, parés à décoller en 15 mon max, brief compris . Il est seize heures . On s'équipe donc en deux/deux en écoutant les consignes orgas . Je récupère les ordres de missions et du matos destiné à être utiliser en jeu . Je fais un dispatchage de quelques items pour repartir le poids du matos (fumis) .
L'ordre tombe rapidement d'embarquer dans le véhicule . Les portières claquent , nous voila dans le noir le plus total , bousculés par les cahots. Impossible de se repérer, le transport nous semble assez long. J'en profite pour signifier aux gars le premier ordre de mission . Nous devons installer un camps sur un point GPS précis avant un certain horaire puis checker une zone afin d'y repérer tout mouvement suspect et/ou tout élément matériel non concordant .
Le transport s'arrête soudain et l'ordre de nous déployer immédiatement est aboyé . Le véhicule fait demi tour de suite et disparaît ; nous sommes sur un chemin de pierre, avec un paysage mi forêt/mi maquis . Je déploie immédiatement les deux assauts en amont et aval du chemin . Notre TP lance sa cartographie et nous trace un chemin d'approche pour notre point de campement . La colonne se met en marche sous la configuration assaut/TP/medic/SL/assaut . Nous abordons au bout de quelques centaines de mètres une zone déboisée avec des installations de chasse . Puis la forêt redevient dense et au bout de quelques dizaine de minutes notre progression nous amène au lieu de campement .
Nous scindons le groupe en deux, les abris sont montés en deux temps . Le second temps de la mission relevant d'une patrouille nous reprenons notre progression . Le terrain alterne les buissons, les bosquets, les pierriers, avec des zones très planes, d'autres très pentues, des cabanes en pierres et au loin nous distinguons des champs avec un cours d'eau .
À l'approche de notre point d'intérêt notre colonne doit stopper , des pax non identifiés , en nombre laissant supposer qu'il peut s'agir d'un groupe hostile (armement, tenue full CE) à notre cause . Le Commander a été formel, pas de tir sans agression préalable. Nous restons à couvert sans avoir été vus . Contacté par tel, le Commander confirme, pas de tir de suppression. Nous replions discrètement et reprenons notre marche . Arrivés sur zone, nous fouillons les lieux à la recherche d'éléments prouvant la présence d'hostiles . Sous un abri, un de mes gars trouve du matos de communication . Je rends compte au Commander qui nous félicite d'avoir pu prouver que des hostiles agissent bien sur notre territoire . Il nous renvoi à notre camps pour y attendre les ordres .
En repartant vers notre camps, je déclenche un piège mal amorcé, immédiatement je donne ordre de s'éloigner à tous les gars et je tente un désamorçage qui s'avère impossible, je bas en retraite après avoir repéré la zone sur la carte pour l'éviter dorénavant .
Nous en profitons pour avaler fissa un repas presque chaud . Entre temps la flotte se met à tomber, il est dix huit heures quarante cinq, la luminosité tombe très rapidement . Je mets en place les rotations pour les tours de garde, le Commander a fait passer le message d'être sur le pont à quatre heures du matin , camps replié et près à se mettre en route . Je prend le premier tour de garde avec la NVG que la pluie rend plutôt peu opérante malheureusement . À vingt heures quinze je reçois un message . Il faut impérativement envoyer une escouade rapide sur un point GPS pour y poser une balise flash . Il pleut à verse , la visibilité est inférieure à deux mètres et la nuit est sombre comme jamais . Je décide de me coller à cette mission dans la mesure ou je suis déjà trempé . Je vais réveiller mon medic et on se met en route pour aller déposer cette balise . Notre progression est lente car nous n'utilisons pas de lampes afin de rester discret . La pluie étouffe le bruit mais pas la lumière donc nous y allons très doucement afin de ne pas chuter dans les racines . La cabane sur laquelle nous devons poser la balise a déjà été repérée par nos soins en amont . On se dirige donc à tâtons dessus . Je déclenche la balise et rend compte au commandement . Ce dernier me met en stand by . Durant l'attente nous sommes pris sous les lampes d'un patrouilleur . Nous ne devons notre salut qu'a notre propension à nous jeter sans réfléchir dans les buissons ou dans les flaques d'eau . Plusieurs fois les faisceaux des lampes passent sur nous et nous éclairent sans nous repérer malgré les 3 m qui nous séparent du patrouilleur .
Le commandement nous rappelle en nous donnant de nouvelles coordonnées pour la balise . Ce sera en plein territoire supposé hostile ! Apres un cafouillage , le reste de notre squad nous rejoint et nous nous mettons en route vers la nouvelle cabane sur laquelle nous devons déposer la balise . À son approche , toujours sous la pluie battante , nous découvrons 3 pax dans ladite cabane , je le suppose hostiles mais ils sont quasiment désarmés et ne manifestent pas de velléités envers nous . Je décide de déposer la balise fissa et je donne l ordre du repli car j'ai la crainte que le reste du groupe d'hostile nous tombe sur le dos . Le repli se fait donc rapidement et sans soucis jusqu'à notre camps . Nous sommes trempés . Je lance les tours de garde et on prend chacun a tour de rôle un petit peu de repos .
Le lendemain, lever 4h00 pour un départ au plus tard 4h30 , avec un premier point de rdv à une quinzaine de minute de marche rapide de notre camps , avec des partisans qui doivent nous donner des infos . Au lieu de rdv, les partisans sont la, pas d'embrouilles, ca coopère à fond . Ils nous racontent qu'une cache d'arme se situe plusieurs kilomètres plus loin et doit être relevée avant les 2 prochaines heures , sans quoi elle ne sera pas sûre . Puis ils se barrent sans plus d'informations .
Nous traçons un itinéraire immédiatement . Le plus simple est de taper l'objectif rapidement en y allant au plus direct . Cela induit une descente à 25% sur 200m dans un pierrier bien tendu . Surtout en pleine nuit , heureusement , le ciel est dégagé maintenant , la lune éclaire bien mieux que quelques heures avant . Arrivés en bas du pierrier , place est laissée à un champs bien plat sur la bordure duquel nous allons progresser aisément avec une pause toutes les 10mn pour un point GPS . Toujours pas de contact ennemi et tant mieux parce que nous devons nous dépêcher .
A la seule lumière naturelle, nous déroulons rapidement vers notre objectif : la zone de la cache d'arme est enfin repérée, reste à trouver l'arbre creux qui abrite le coffre de munition : nous allumons pour la première fois nos lampes par des pressions rapides pour éviter de se faire repérer : coup de chance, je tombe dessus quasiment de suite à la faveur d'un coup de lampe . N'ayant aucune confiance dans les partisans je fais reculer mon dispositif et donne des ordres en cas que la cache soit minée et que je saute avec . Les gars se placent comme il faut pour éviter de ramasser en cas de piège et notent les consignes, je les vois super attentifs et pas plus rassurés que moi .
Je suis à 1mde la caisse quand je vois le petit fil vert foncé qui fait le tour du bosquet d'arbre . Je finis l'approche à genoux en grattant le sol à la main pour détecter les mines . Au final, ne les trouvant pas, je choppe la pince coupante et découpe de dispositif de mise à feu . Après coup je me rend compte que je viens de prendre une bonne suée . La caisse est pleine de grenades et de munitions, je dispatche tout le merdier entre les opérateurs et on s'extrait sur un nouvel azimut pour éviter une confrontation avec les commandos dont nous soupçonnons qu'ils sont sur nos traces . Il s'avère en effet qu'ils nous talonnais à 15 minutes .
Notre cap de retour nous fait regrimper la totalité du dévers descendu peu avant, mais par un petit raidillon rapide qui rejoint un chemin très soft . On est pas la pour ça mais le paysage au soleil levant est somptueux, les rayons matinaux réchauffent déjà les treillis trempés . Après 20 mn de marche nous atteignons un embranchement . Un message tombe du commandement : nous devons sécuriser la zone et y attendre une paire de journalistes d'investigations souhaitant nous interviewer . Le rdv est pour 8H00, il est 7H00 . Je donne pour consigne de repérer les lieux et de se positionner pour les sécuriser . Pour le coup on commence à ressentir la fatigue et la soif car on a du crapahuter à minima 5 ou 6 km depuis 4h40 avec des dénivelés montagnards après une nuit de sommeil inexistante .
A l'heure dite une des sentinelle signale deux pax en approche : après un rapide check des deux gus on autorise l'interview qui sera assez courte mais instructive : ils balancent que des soldats onusiens cherchent à revendre du matos pour un bon prix, mais nous préviennent que les mecs sont paranos ... c'est donc noté .
Le commandement nous autorise un retour sur base avec pour consigne d'être vigilants à la présence de commandos à la recherche de notre emplacement.
En coupant par les fourrés, nous atteignons notre camps assez facilement en 15 min . Sur place RAS, je reçois un ordre de mission : nous devons faire le joint avec 2 soldats onusiens dans le contrebas du terrain à 20 minutes de marche rapide, 1 heure après . Il est 8H30, je donne comme consigne qu'on prenne le repas , qu'on se pose et qu'on se réhydrate . La chose se fait en silence, on sent les gars sérieux et motivés, tous sont prêts à repartir en avance .
Je passe le trajet d'approche , sans soucis, pour arriver avec 15 min d'avance sur le point de RDV avec les deux biffins .
Sur zone nous déployons un dispositif en éventail pour ratisser cette zone qui nous semble propice à un traquenard . je suis dans un chemin au milieu de la zone , les équipiers déployés sur les flancs, et tout à coup, ça se met à péter, je vois mon medic sur ma droite s'écrouler et ne plus bouger (j'en conclue à tord qu'il est mort) et j'aperçois une forme courir pour s'éloigner de nous . J'ai un angle pas mauvais mais je suis en contrebas avec un taillis devant, je riposte immédiatement en direction des tirs . A la radio les équipiers commencent en ratissage de la zone .
Nous remontons sur le medic toujours inanimé pour le sécuriser, plus trace de pax hostiles . Au final le medic est blessé léger mais a été touché à bout touchant par un TP qu'il a débusqué une fois arrivé sur lui, il s'est donc jeté au sol pour éviter de ramasser une bille létale . Nous mettrons 5 min à le médiquer . La zone étant safe dorénavant, nous décidons de la tenir pour y rencontrer les ONUSIENS dans de bonnes conditions .
Les tractations avec les soldats de la FORPRONU seront longues et nécessiteront que nous restions sur zone plusieurs heures et d'y essuyer quelques escarmouches sans trop de gravité mais bien menées de la part des hostiles . Au final nous y gagnerons une caisse d'arme qui sera ramenée à notre camps pour l'y sécuriser .
La dernière mission est de sécuriser une landing zone pendant 2 heures en vue d'une extraction motorisée . La tache s'avèrera finalement aisée car nous n'y subirons pas de contournement . Malgré une attaque héroïque menée par les commandos, désavantagés par un devers en leur défaveur nette, nous tiendrons sans difficulté la zone jusqu'à l'heure de l'extraction , embarquement dans un véhicule qui dérape sur l'herbe devant nous , tir de barrage nourri, portière qui claque, seul notre TP, certainement trop avancé (imprudence " de jeunesse" qui lui a couté de manquer la dernière action), ne sera pas des nôtres sur cette action, tombé au champs d'honneur .
Fin d'op


Go to the top of the page
 
+Quote Post
misterV
posté 15/03/2018, 22:21
Message #2


Membre actif
**

Groupe : Membres
Messages : 529
Inscrit : 12/12/2012
Lieu : Perigueux
Membre n° 85,995




A la suite, voici le retex d'un de mes operateurs, TucKs .

RETEX OP ARC24
10-11/03/2018


La préparation :

Deux groupes s’affrontent sur un territoire où il y a de l’exploitation de gaz de schiste , les rebelles écologistes contre des mercenaires. A ce jour le territoire est contrôlé par les forces rebelles. Il y a également l’ONU de présent et ils ne prennent pas parti pour aucun camp.
J’appartiens au groupe des rebelles, nous sommes 6 membres, Woluf est notre commandant/PNJ/orga, donc sur le terrain nous sommes une squad de 5. Volodia est notre Squad leader, c’est lui qui prend les décisions et c’est le seul qui communique avec notre supérieur, il possède toutes les missions à faire dans l’ordre et rend des comptes au commandant pour savoir quand commencer la mission et lui indique quand elle est finie. Julien Blanc est notre second squad lead en cas de décès du premier, il est également TP, il gère le GPS et les cartes. Alexandre est notre medic, il dispose de bandages, de poches et de perfusions, en quantité limitée, selon l’endroit où nous sommes touché, il applique les soins nécessaires. Enfin Victor et moi même TukS, sommes assault, pas de rôle en particulier pour nous, sauf dans le déplacement. Justement le déplacement, quand nous sommes en ligne nous pratiquons la chaîne suivante, Assault-TP-Medic-Squad Lead-Assault, Vic et moi échangeons la première et la dernière place donc soit éclaireur donc un peu devant tout le groupe, soit on ferme la marche et on surveille les arrières, ainsi on espace les joueurs des uns des autres de 10-20m. Les grenades et autres pièges ont un rayon d’action de 10 mètres. Les billes sont en quantité limité 30 par chargeur et un total de 300 billes, pour le PA c’est 50 billes. Nous ne connaissons pas le nombre d’ennemi, ni sa puissance de feu et ni sa position. La partie est prévu pour du 24h, avec un déploiement immédiat, donc nous nous équipons chez nous de manière à être opérationnel, tous les chargeurs remplis, la batterie est dans la réplique, je porte personnellement le bas de ma tenue et en haut un T-shirt pour les lieux publiques je préfère, une fois sur le terrain je mettrais le haut, ainsi que mon gilet et le reste. Le nombre de voiture est limité à 2 pour nous 5. Le canal radio est décidé pour nous ce sera P7, celui-ci est déjà réglé. Nous avions fait un groupe de discussion afin de préparer tout ça, nos adversaire enfin d’op nous ont confié avoir fait la même chose à l’exception qu’ils ont créé un second groupe avec les même personne, où cette fois ci il n’était écrit que les décisions importantes, un bon point pour eux que je ne manquerais pas de faire, ça évite de devoir défiler des dizaines de messages.
La carte est visible en dernière page

Samedi 10/03/18 :

14h00 – Mon équipier Vic, vient me chercher chez moi à Atur, on a rendez-vous à 14h45 au McDo de Terrasson, nos 3 co-équipiers nous attendent sagement. On discute de deux ou trois choses, on peaufine les derniers détails.
15h30 – Le Squad lead reçoit les coordonnées GPS. On remonte dans nos deux voitures et à 5 minutes de là à travers les petites routes de terrasson on retrouve notre commandant Woluf, qui nous attend. On s’équipe dans un coin à l’abri des regards et en 5 minutes on a tous les lunettes sur le nez et les répliques en bandoulière, ainsi que nos sacs sur le dos. Durant ces 5 minutes où chacun s’équipe, on a un briefing afin de nous rappeler certaines règles et notamment pour le medic mais aussi le fait d’agir de tel manière lorsque l’on est touché car ce n’est pas une partie classique, petit exemple, je suis touché au bras gauche, je tombe au sol, je peux ramper sur 2 mètres et demandé à mon medic de me mettre un bandage, en attendant je peux utiliser mon bras droit pour appeler à la radio ou mon PA pour me défendre. Fin du briefing, notre Squad lead reçoit la première mission.
15h45 – On embarque à 5 à l’arrière d’un Kangoo, on est tous équipé, serré et bousculé durant le voyage, impossible de savoir où on est pas de fenêtre, notre commandant a été entraîné par Sébastien Loeb on prend les virages à toute vitesse, tout cela avec une bande son en mode AC/DC à fond, on entend quand même les pneus déraper sur les chemins caillouteux que l’on emprunte. Je passe ma lampe au Squad Lead afin qu’il nous lise notre première mission. Nous devons, trouver notre lieu de bivouac, et y établir un camp et le protéger, puis trouver un poste radio et dans les environs de celui-ci un téléphone.
15h50 – On sort du Kangoo, sur un terrain totalement inconnu, en mode force spéciale, les canons pointés vers les portes, on ouvre et on se déploie, Vic, Alex et moi prenons positions, pendant que le Squad Lead et le TP trouve le camp sur la carte et l’itinéraire à prendre jusqu’à celui-ci.
15h55 – On se met en ligne en et c’est parti, notre éclaireur Vic suit les indications du TP afin d'avancer vers notre zone de camp, et moi je ferme la marche.
16h10 – Nous arrivons sur zone, durant le trajet nous voyons un tour, et note sa position, il s’agit peut-être de notre poste radio. On décide de monter le camp de suite, ainsi nous sommes trois à monter nos abris, pendant que deux surveillent les environs. Vic et moi partageons une Tarp, le TP se monte son Hamac, lorsque Vic et moi avons, fini, on prend la relève de Volo et Alex, pour qu’il puisse monter leur Tarp. Pendant notre patrouille autour du camp, nous décidons de trouver deux endroits plutôt propices à un poste de garde, car la nuit nous ferons une garde chacun pour surveiller le campement. Nous avions prévu d’utiliser deux ponchos, tendus et attachés assez bas entre 4 arbres afin d’obtenir un petit abris au sec pour cette nuit qui s’annonçait pluvieuse. On termine de monter ces deux abris aux endroits qui nous sembler stratégique. A partir de maintenant je ne regarde plus forcément ma montre car nous sommes dans le vif du sujet et nous avons des choses à faire, d’ailleurs le campement est fini, les postes d’observation également. Nous nous remettons en ligne pour trouver le poste radio et ainsi finir notre première mission. Sur le chemin, nous apercevons un camp avec un drapeau bleu, c’est l’ONU, deux bérets bleus sont visibles mais il y a d’autres personnes, qui correspondent à la description de l’ennemi, nous n’avons pas l’autorisation d’ouvrir le feu quand nous le souhaitons, il faut demander au commandant ou en cas de légitime défense. Nous prenons chacun position afin d’observer la situation, notre sqaud lead communique avec notre commandant, celui-ci nous donne l’ordre de ne pas tirer. Le squad lead nous demande de nous replier discrètement, et de poursuivre notre route jusqu’à la tour radio. Nous nous exécutons, puis reprenons la ligne jusqu’au poste radio, et c’est effectivement celui que nous avions repéré en venant. Nous nous éparpillons autour de l'objectif, le Suad lead et moi même sommes au pieds de cette tour, un téléphone(HS) s’y trouve, le Squad-Lead le récupère et transmet l’information au commandant. Nous quittons le poste radio, en direction d’un chemin, lorsque le Squad Lead nous crie « DÉGAGEZ!! », n’écoutant que mon courage je fuis un peu plus loin. Il a les pieds dans un piège, un fil tendu au sol, il tente de le suivre, entend un bruit de gaz, il se recule de ce piège qui par chance à foiré. Nous reprenons le chemin tous sain et sauf vers une positions que l’on pense avantageuse pas très loin de notre camp, car on pensait pouvoir intercepter les individus aperçu un peu plus tôt en tractation avec l’ONU, on se dit que si on les voit on va pouvoir engager un combat et ainsi ralentir leur progression. On attend un peu sur cette position, il me semble avoir entendu des voix au loin. Quelques minutes plus tard toujours, rien. On replie tous vers le campement.


19h00 – On pense que la partie est censé se terminer à cette heure, donc on se met sous les tarps et on mange, moi je foire totalement mon repas et je mange à moitié froid… La pluie commence à tomber, on se dit qu’on a de la chance. On termine de manger pendant ce temps certains se mette sous les ponchos pour surveiller le camp. On décide d’un roulement pour la garde de cette nuit, ce sera Volo-Alex-TukS-Vic-Julien, avec les horaires suivant, 21h00-22h30 /22h30-00h00 / 00h00-1h20 / 01h20-02h40 / 02h40-4h00. Debout pour tout le monde à 4H du mat, le camp doit être replié et tout ranger à 4h30.
20h00 – Donc mon tour de garde commençant à minuit, je me dis que je peux dormir un peu avant et un peu après donc je vais me coucher tout de suite, je ferme les yeux, je dors pas mais je suis bien, j’ai enlevé mes pompes et mon gilet mais étant au sec et ayant pas suer je reste en tenue dans mon sac. Vic à côté s’allonge également.
21h00 – Je ne dors toujours pas mais je suis bien parti quand même, et là Julien qui vient nous réveiller et nous dit un truc dans le genre « Réveillez-vous, j’ai vu des lumières autour du camp, et Alex et Volo sont partis en mission » Je sors de mon duvet, et dans la hâte je remet mes pompes, je prends mon gilet, j'allume ma radio, je ne prends pas ma ceinture avec mon PA dessus et c’est dommage il aurait pu me servir plus tard. Il pleut toujours, on est plus que trois dans le camps, Julien prend un poste avancé côté tour radio, pendant que moi et Vic on prend le second côté tas de pierre, on se met dos à dos sous notre petit abris de fortune, les répliques prêtent à faire feu complètement dans le noir on discerne plutôt bien à quelques mètres et on traque le moindre mouvement, bruit ou lampe qui pourrait s’allumer. Je réalise petit à petit ce qui vient de se passer, dans ma tête j’allais dormir, faire une garde « fictive » et re-dormir, mais que nenni. On communique par radio avec nos deux compères partis en mission, et du coup ils effectuent à deux la mission n°2, ils doivent récupérer une balise qui clignote et la positionner sur une cabane, des coordonnés GPS leur ont été transmises. Nous attendons sagement, sous notre poste avancé, en demandant de temps en temps, comment la mission se déroule, et on prend une décision qui est de ne jamais allumer de lumière comme ça on sait forcément, que si on voit une lumière c’est pas de chez nous. Ils ont fini par poser la balise sur une cabane à l’endroit demandé, ils nous communique par radio qu’il y a du mouvement potentiellement hostile du côté de Vic et moi, pendant ce temps Julien nous a rejoins, et eux décident de rentrer au camp par l’autre chemin donc côté radio. On prend la décision à trois de quitter notre poste et d’avancer du côté tas de pierre où il y a du mouvement afin de couvrir nos deux collègues. On s’avance donc sans lumière, sous la pluie, dans la nuit, quand Vic et Julien ouvre le feu au PA sur une forme, moi à ce moment j’avais changé mon masque contre mes lunettes pour dormir et dans la précipitation j’ai pas repris mon masque donc je me bas contre la buée, je vois bien la forme qui essaye de courir quand celle-ci prend une bille dans le bras ! On se dit victoire ! A ce moment Vic ou Julien communique à la radio avec nos deux collègues pour les tenir au courant de la situation, et eux de leur côté se sont fait engager ! Je suis toujours en position accroupi en train de me battre contre cette ennemi terrible et infatigable la buée ! Quand j’entends en double Volo, à côté de moi et à la radio alors qu’il est censé être des centaines de mètres plus loin. C’est là que je communique à mon tour à la radio en disant de cesser le feu car maintenant c’est sûr on s’est entretué… très beau shoot d’ailleurs mais bon on localise notre team et notre blessé, et on réalise qu’une erreur de communication a bien failli nous être fatale ! On soigne notre médique au bras et nous sommes de retour en jeu, pensant la mission n°2 fini le Squad lead communique avec notre commandant quand celui-ci nous dit qu’une erreur de leur part a été commise, en effet les coordonnées n’étaient pas les bonnes. On décide alors de finir la mission à 5, on récupère la balise et on se met en route, toujours sous la pluie, sans lumière, à travers cette endroit inconnu, vers les nouvelles coordonnées qui cette fois-ci sont bonnes. Approchant de notre objectif pour poser cette balise sur le toit d’une autres cabane, on voit de la fumée, s'échapper de cette cabane ainsi qu’un peu de lumière et en s’approchant encore plus on entend plusieurs voix. On se met en cercle autour d’elle, tous la réplique pointé vers l’entrée, et c’est là que j’aurais préféré avoir mon PA afin de pouvoir engager de près. On découvre trois individus, serrer dans cette cabane en pierre le premier, s’occuper du feu, le second avait son téléphone en main mais le troisième nous fixer avec son PA. Nous étions à ce moment là trois devant l’entrée, Julien et Vic au PA, et moi avec ma lampe torche fixé sur le troisième individu, je le pointer droit dans les yeux afin de le gêner le plus possible. Pendant ce temps les autres poser la balise sur le toit de la cabane et rendait compte de l’avancement de la mission au commandant. Nous interrogeons également les individus, pourquoi sont ils là, le premier avait faim et il voulait juste manger en paix, le second toujours avec son téléphone et le troisième ne voulait pas lâcher son PA. Leur discours était qu’ils s’étaient replier sous ce toit à cause de la pluie, mais ils tenaient aussi un discours un peu plus hostiles, car soit disant des mercenaires ne se promènent jamais seul. Notre mission vient de se finir avec succès on reçoit l‘ordre de ne pas engager les hostilités en premier, on replie avec prudence vers notre campement.Sur le chemin du retour, on croise des lumières, on se doute que c’est l’ONU mais par prudence on s’accroupit dans l’ombre afin d’éviter l’engagement.
23h00 – Nous sommes de retour au campement, trempés, mais fiers d’avoir réussi notre mission nocturne. Il s’est arrêté de pleuvoir à 22h30, ce qui a rendu plus agréable cette fin de mission. Personnellement j’avais surtout peur pour mon AEG, et c’est là que je me dis que j’aurais juste dû prendre mon PA, sous l’eau celui-ci aurait couru moins de risque et les distances d’engagement durant la nuit étant courtes, il aurait fait parfaitement l’affaire. Volo et Alex reste éveillés pour finir leur garde jusqu’à minuit. Moi je me couche complètement habillé, sur mon matelas, je laisse le duvet de côté. Je reste éveillé, je commence à avoir froid
00h00 – Je me lève pour les remplacer. Surveillance durant 1h20, il ne se passera rien mais c’était pas super agréable, il n’a pas plu mais j’étais déjà trempé, donc le vent fait ressentir encore plus le froid.
01h20 – Je fini ma garde et Vic prend la relève. Il me reste 2h avant le lever de camp, je me dit qu’il faut absolument que je dorme un peu et que je me réchauffe, donc je change de T-shirt, de chaussette et j’avais apporté une paire de collant de sport. Le tout étant sec je me faufile dans mon duvet et je m’endors assez vite.

04h00 – J’étais au sec et au chaud, j’aurais pu dormir beaucoup plus mais bon. Réveil du camp pour tout le monde, on s’habille de nouveau en tenue humide, mes vêtements secs me protègent encore un peu. On replis, les tarps, les duvets tout doit rentrer dans le sac, on mange vite fait, pour ma part une barre de céréale et une gorgée de jus d’orange.
04h30 – On se met en route vers la cabane avec la balise, elle a servi de repère pour le rendez-vous que nous avons avec deux partisans de la cause.
05h00 – Une fois sur place, et après une discussion on enclenche notre troisième mission. Il faut traverser tout le terrain, afin de trouver une cache de munition. On se prévoit un itinéraire, on établit notre ligne de formation et c’est partout pour la balade et ça commence très fort avec une descente vertigineuse, au sol des cailloux qui se dérobent sous nos pieds, et tout ça avec pour seule lumière un croissant de lune éblouissant, et le ciel étoilé à faire pâlir plus d’un astronome. On arrive en bas sans trop de problème, comme prévu on tombe sur un champ immense, on a décidé de longer le champs en lisière de forêt ainsi nous étions moins visible car la lune projetait nos ombres sur plusieurs mètre lorsque nous étions au milieu du champ. Après plusieurs kilomètres de marche, nous arrivons tout proche de la cache d’arme, nous décidons de progresser dans la zone prudemment mais afin de chercher la cache nous sommes obligé d’allumer nos lampes. Ainsi seul le Squad Lead et moi allumons deux lampes, nous sommes séparés en deux groupes, les gars qui suivent les porteurs de lampes restent réplique à la main. Pour nous aider à trouver la cache d’arme au pieds de l’arbre, nous avions une photo de l’arbre, mais bon c’est un arbre assez banal, on repère cependant qu’il y a un sacré pente sur la photo, on scrute les arbres, on commence à s’éloigner de la zone, on revient sur nos pas, et le squad lead repère au pied d’un arbre des fils. La cache d’arme est piégée… le squad lead nous donne l’ordre de nous écarter, il se transforme en démineur pour la seconde fois, il s’équipe d’une pince et nous donne des indications en cas de décès… puis il se met à coupé les fils. Quelques minutes plus tard il s’éloigne la boîte à munition dans les mains et nous avoue quand la retirant de sa planque il a aperçu un fil restant et à prier pour que celui-ci ne déclenche rien. On se répartie les deux grenades et les trois chargeurs, le squad lead informe le commandant de l’avancement de la mission, celle-ci est validée en un temps record et nous avons les félicitations du chef.
06h20 – Fier de notre succès, nous commençons la mission suivante n°4. Un rendez-vous nous a été donné, avec des journalistes. Ce sont eux qui ont balancé l’affaire à la presse et aux yeux de tous, nous devons profiter de ce rendez-vous pour faire passer nos convictions. Le TP nous fait un nouvel itinéraire, nous prenons la formation adéquat et nous nous rendons sur zone. Et ça commence fort car on attaque une pente, raide comme la justice, pour accéder à un sentier plus haut, et c’est apparemment héréditaire dans ma famille on a pas le physique pour les pentes. J’ai pas eu de soucis à marcher sur le plat pendant un moment en tête de ligne avec une bonne cadence, mais dès les premiers mètres de cette pente je sent que mes jambes se durcissent et je m’essoufle. Je ferme la marche à ce moment là donc je suis mon squad lead et je m’efforce pour ne pas subir trop de distance, quand on arrive sur le sentier, je suis vraiment essoufflé, je mange une barre de céréale histoire d’avoir un peu de sucre et c’est reparti mais cette fois-ci sur un petit chemin qui monte que très légèrement, j’ai pas trop de mal à suivre.
07h20 – On arrive sur le point de rendez-vous bien en avance dû au fait que notre mission précédente a été faite plus vite que prévue. On étudie le terrain, on prend chacun une position pour couvrir chaque chemin, et on attend les journalistes et on se demande si une présence hostile ne va pas également surgir pour nous empêcher de parler.
Je m’assoie le cul dans l’herbe fraîche, le soleil commence doucement à se lever, nous sommes haut perché et c’est un sacré spectacle. Certains profitent de l’avance gagné pour se la couler douce sur un rocher et sécher un peu, d’autre coule un bronze, la vie quoi.
08H00 – Alex, nous fait part que deux individus arrivés depuis son chemin, il s’agit des journalistes. Je reste à ma place et je continue de surveiller mon côté. J’entends de loin que mon Squad Lead discute avec eux mais je ne saurais dire de quoi ils ont parlé.
08h15 – L’interview se termine, ils repartent de leur côté, on se rassemble, le compte rendu au commandant est fait, la mission est réussie et validée. On enchaîne sur la mission n°5, qui est une tractation avec certains membres de l’ONU afin de se procurer des armes. Le lieu de rendez-vous ainsi que l’heure nous font choisir un itinéraire qui passe par notre camp, ainsi on pourra se ravitailler, on reprend la formation et direction notre camp dans un premier temps.
08h45 – Nous parvenons à notre campement, on décide de manger, pour ma part un sandwich jambon beurre et de l’eau, c’est simple, efficace et rapide à manger durant une partie qui ne s'arrête pas. D’autres sortent une salade froide de leur rations, certains font chauffer de l’eau pour leur repas lyophilisé.
09h00 – On se met en route vers le lieu de rendez-vous, pour la rencontre avec des soldats de l’ONU. Le but est d’arriver sur place et de sécuriser la zone afin que cette rencontre se passe bien.
09h20 – On arrive sur zone, pas de signe hostile, on croise les soldats de l’ONU au loin, on signal notre présence mais ceux-ci continu leur route et ne reviendront plus tard, il ne pouvait pas arrêter leur ronde sinon leur supérieur aurait trouvé ça louche. On décide de prendre position sur la zone ainsi, le squad lead et moi attendons dans le fossé à côté de la clairière où à lieu le rendez-vous et le TP, le Medic se mettent en position haute afin d’avoir une vue dégagée, pendant que le troisième assault couvre le chemin que nous venons d’emprunter.
9h30 – Deux coups de PA retentissent, je suis entrain de me mettre en place comme tout le monde, de mon fossé je regarde vers l’endroit où sont parti les coups ! Je vois mon médic au sol ! Je me doute qu’un coup de PA signal la présence de l’ennemi non loin de sa position, je me précipite en sortant de mon fossé, j’arrive en bas de la pente, un premier coup de sniper retentit et la bille s’écrase dans la végétation qui me sépare de mon médic et non loin de lui le dit sniper. Je communique à ma squad, que notre medic est au sol et que je suis moi même pris à parti par sûrement le même individu et que soit le sniper ne doit surement pas être seul son spotter doit être dans le coin, nous partons sur un minimum de deux ennemis, un deuxième coup de sniper s’écrase à nouveau dans la végétation, je change de place car je suis repérer et je ne veux pas tenter la chance un troisième fois. En me dirigeant vers mon squad lead un peu plus loin toujours en bas de pente, j’aperçois l’ennemi courir vers le haut de la pente celui-ci s’enfuit, j’engage quelques billes mais il est s’éloigne très rapidement, mon squad lead à fait la même que moi. Notre TP qui était pas très loin de notre médic, nous confirme qu’il a bien vu deux ennemis. Nous tentons d’appeler notre médic à la radio, si celui-ci répond cela veut dire qu’il est touché aux membres donc potentiellement en vie et rapidement soignable. Il ne répond pas malgré nos deux appels...ça s’annonce mal pour lui. Nous sommes trois en bas de la pente, nous nous mettons en ligne horizontal face à l’ennemi, la réplique pointé vers les hauteurs et le doigt sur la détente, il y a de fortes chances que l’ennemi se soit reculé et nous attende pour nous avoir quand nous serons près de notre coéquipier tombé au sol. Une fois arrivé vers lui, je lui parle il me dit qu’il est touché au bras, ouf… un bandage et une minute plus tard le voilà sur ses pieds à nouveau. Pourquoi n’a t-il pas répondu à nos appels radio alors? D’une part l’ennemi était dans le buisson à 2 mètres de lui donc il n’aurait pas pu faire d’appel radio, sous peine de s’en prendre plus, il ne pouvait pas non plus utilisé son PA, car son bras droit était touché donc par terre impossible de récupérer dans son holster côté droit sans devoir bouger énormément, et d’autre part après vérification sa radio était éteinte… On se remet de nos émotions, l’ennemi ayant pris la fuite, nous reprenons nos positions autour de cette clairière. Les minutes passent, j’aperçois depuis mon fossé de l’autre côté d’un champ, deux silhouettes dont une ghillie, ça doit être notre duo de tout à l’heure qui a fait un contournement de l’extrême, il y a bien quelque chose dans le coin qui les intéresse. Je transmet l’info à mon squad lead, je les garde en visuel et je les vois progresser sur un flanc de colline tout en se rapprochant vers nous et en prenant de la hauteur, à un moment ils arrivent vraiment proches de la clairière et je les perd de vu à cause de nombreux arbres qui se dressent devant moi.
10h20 – Le squad lead prend la décision d’aller les chasser de là car l’ONU ne va pas tarder, et rien ne doit interrompre notre transaction. Toute la squad étant déjà en position sur le flanc de la colline, la clairière me sépare d’eux, je reste seul dans mon fossé et je vais faire un progression dans mon fossé sans bruit dès qu’ils auront avancé pour les contourner ainsi je pourrais avancé en discrétion dans leur dos et couper leur repli. Enfin c’est ce qui aurait du se passer car 5 minutes plus tard les deux bérets sont en approche, je préviens mon squad lead qui était parti avec le reste, il rebrousse chemin pendant ce temps là les trois autres de la squad continuent leur progression. Le tractation commence, mon squad lead et l’ONU se mettent d’accord pour l’achat d’armes à un certain prix, un rendez-vous ici même est fixé pour une certaine heure. Le dialogue dure 5 minutes environ mais on aura pas le temps de dire au revoir que des tirs se font entendre. A la radio nos trois gars qui avaient continué la progression ont rencontré notre duo sniper/spotter, étant resté près de mon squad lead, je suis assez loin de l’action je me lance vers les échanges de tirs, ça fuse de part et d’autres, je continue droit dans mon fossé et mon squad lead me suit à la trace. On chasse l’ennemi, à nouveau, j’entends à la radio, que le sniper ennemi vient de tomber sous les tirs de notre médic, il a pris sa revanche! On a une perte de notre côté, Vic a subi les tirs du spotter qui a pris la fuite, on sera deux à le chasser, le squad lead et moi même mais en vain, la végétation étant très dense il a pu se cacher n’importe où et nous attendre pour nous éliminer facilement un par un. On décide de ne pas aller plus loin et de protéger le médic qui a sorti la perfusion pour Vic touché au buste. Le duo ennemi étant séparé, on a plus trop à craindre du spotter qui doit sûrement attendre sagement que son sniper soit évacué.
10h50 – On retourne autour de notre clairière, elle sera de nouveau notre point de rendez-vous avec les soldats peu scrupuleux de l’ONU qui nous amèneront vers les armes. Bon là c’est le gros craquage de slip, on est à 5 au même endroit et on se raconte tout et n’importe quoi. Nos histoires d’OP à base de « Prendez les pelles, prendez les râteaux, prendez les tarps ». On se marre bien et on attends que les soldats de l’ONU refasse surface, on a pas croisé d’ennemi et heureusement parce que ça aurait été fatal à coup sûr.
12h00 – Les deux compères refont surfaces, et nous conduise à une cache d’arme, on leur file leur biftons, et nos chemins se sépare. On a une grosse malle en faire bleu bien lourde et bien voyante avec des mini poignée qui pètent les doigts et on doit revenir au campement. On se remet en ligne et on se relaye car c’est pas évident à transporter, il y a une pu**in de pente à un moment ça m’a achevé un truc avec plein de cailloux où même sans poids du galère à monter mais là avec l’équipement la caisse chapeau à mes collègues qui ont monté ça finger in the nose. Quelques mètres après cette pente il y a notre campement. On la jette, on boit un coup. La mission est réussi la caisse et les armes sont à nous.
12h20 – La mission n°5 est donc terminée, la rencontre, puis la transaction et enfin le rapatriement de la caisse est un succès. On ouvre la dernière mission n°6, une zone d’évacuation est désignée pour nous faire sortir de là, nous devons nous y rendre, hisser notre drapeau sur la cabane qui s’y trouve et nous amenons la caisse d’arme avec nous. L’évacuation se fera à 15h30 précise !
On progresse doucement vers la position, on largue la caisse dans un coin pas très loin, on décide de d’abord prendre la position, la sécuriser et ensuite 2 gars reviendront sur nos pas pour ramener la caisse. On progresse rapidement, vers la position, une cabane est bien là, on se déploie autour, on hisse le drapeau, deux gars de chez nous ramène la caisse dans la cabane.
12h30 – On s’installe chacun de nous en cercle autour de la cabane, aucune informations sur la position ennemi, comme toujours depuis le début chacun son tour à la radio donne sa position et ce qu’il couvre.
13h00 – Aucun signe de vie, je suis assis derrière un arbre à environ 50m de la cabane et je regarde droit devant moi et là un bruit de bille qui vient s’écraser non loin de moi. Je saute et détale comme un lapin vers la cabane, tout en courant j’annonce que je viens de subir un tir de sniper et que j’ai eu beaucoup de chance de pas me l’avoir pris en pleine poire, je suis à peu près sûr de la zone du tireur mais je n’ai pas chercher le combat, il reste trop de temps à défendre et une duel contre un sniper que l’on a pas repérer n’est pas une bonne idée, d’autant plus qu’il ne doit pas être tout seul.
13h30 – Je suis désormais allongé derrière un arbre à 15 mètres de la cabane, à côté de moi Vic également allongé à 5 mètres de la cabane, il reste encore 2h00 à tenir, nous nous faisons le plus discret possible, pas de com à part pour signaler un changement de position ou un contact. Le temps s’est tellement écoulé depuis ce premier tir, que je me pose la question si ce n’était pas une simple branche tombé d’un arbre ou autre bruit de la forêt… Pendant ce temps nous somme trois à apercevoir un ennemi en approche. Cette fois ci le contact est formel il est à distance de tir pour deux d’entre nous Vic et le Squad lead auront raison de lui mais les hostilités dureront un certain temps avant que notre squad lead lui décoche un tir pleine tête.
14h00 – Toujours dans l’idée que le bruit entendu était bien une bille de sniper, j’observe scrupuleusement ma précédente position, qui offre un contre bas et j’aperçois un tête qui dépasse, cette fois-ci c’est sûr je fait passer le message à la radio, il y a bien du mouvement là-bas je ne suis pas devenu fou ou parano, je vois bien la ghillie qui passe sa tête de temps en temps. Toujours couché derrière mon arbre je ne prends pas de risque. Notre TP décide de les contourner et se rapproche dangereusement, de leur position, il réussi à éliminer le sniper d’en face avec son PA mais se fait toucher à son tour.
15h00 – Les ennemis montrent leur tête de temps en temps, toujours très prudemment, et à ma grande surprise ils ne contournent pas, ils restent en face les distances de tir sont très grandes, peu de surfaces à viser. L’heure fatidique s’approche, je décide d’engager et là c’est le drame une portée ridicule...l’ennemi me voit ses billes arrivent vers moi mais j’ai beaucoup de couverture, certaines de ses billes peinent à m’atteindre ils doivent être en bout de course. Moi c’est sûr je ne les atteint pas, mon hop up est réglé à fond, mais mes billes chutes inexorablement...je décide de casser ma réplique en deux, je dégage un foutu ressort qui cale mon bloc hop up, je remonte le tout et magique je retrouve ma portée habituelle et là c’est un nouveau jeu, je tente de leur coller une bille en pleine poire comme il y a que ça qui dépasse mais eux comme moi nous ne parvenons pas à nous toucher. C’est pas faute d’avoir essayé mais nous restons prudent tout de même. Je vide mes deux chargeurs, sur ces échanges.
15h20 – Plus que 10 minutes avant l’extraction, il reste un ou deux mercenaires en face, je décide de contourner très large par la droite, j’arrive derrière eux, j’en aperçois un quelques billes et il tombe au sol, je me fait prendre à parti par son collègue, je ne parviens pas à le repérer. Je reçois un appel radio la voiture d’extraction est arrivée, mince...je me suis pas mal éloigné du coup, je ressors la tête et je commence à me rapprocher doucement vers la voiture, je ne me fait pas tirer dessus, j’ai du sortir de la zone de vision de l’ennemi, la voiture décolle dans quelque seconde mon squad lead, le médic et Vic, sont déjà dedans, le squad lead crie l’ordre de l’évacuation imminente, c’est maintenant où jamais je commence le sprint final en espérant ne pas en prendre une dans le dos. Pas de bruit de tir, les canons alliés sont dirigés vers ma position pour me couvrir, je saute dans la voiture, le squad lead me précède, on claque les portes.
15h30 – Évacuation réussi, nous déplorons la perte de notre courageux TP

Fin de l’op ARC24.

Merci aux joueurs présents, à leur fair play et à leur bonne humeur. Merci à mes coéquipiers. Merci aux THK et aux deux orgas Woluf et Adrien, qui nous ont fait vivre une sacré aventure. Ils ont joué les rôles en changeant de tenue pour plus d’immersion, en passant du commandant, aux soldats de l’ONU, aux partisans et aux journalistes.

Pour ma part, une agréable surprise mais la barre a été placé très haute en terme d’organisation et de déroulement de jeu. J’ai pu m’apercevoir grâce à cette expérience des points à travailler et ceux qui sont acquis.
Voilà le point de vu d’un rebelle de la forêt, pro quinoa. À bientôt TukS.

Go to the top of the page
 
+Quote Post
Krastifius
posté 16/03/2018, 11:56
Message #3


this is my spot
**

Groupe : Membres
Messages : 5,260
Inscrit : 17/03/2008
Lieu : Paris
Membre n° 23,914




J'ai toujours trouvé abusé les feedbacks d'événements privé sur FA...
Le droit de lire ce que vous avez fait, mais pas d'y participer.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
misterV
posté 16/03/2018, 14:01
Message #4


Membre actif
**

Groupe : Membres
Messages : 529
Inscrit : 12/12/2012
Lieu : Perigueux
Membre n° 85,995




CITATION(Krastifius @ 16/03/2018, 11:56) *
J'ai toujours trouvé abusé les feedbacks d'événements privé sur FA...
Le droit de lire ce que vous avez fait, mais pas d'y participer.


Il s'agissait d'une partie test, de plus nous y avons invité du monde . Notre but est de perfectionner notre organisation et nos pratiques avant d'y inviter des "inconnus" . Pour eviter justement de proposer un truc pas abouti ou de ne pas etre assez " performants" nous meme . Pour finir, trouver une op milsim non privée ca doit etre compliqué de nos jours et tant mieux . Je te propose de nous contacter en mp si tu es interessé . Cordialement .
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Strike
posté 16/03/2018, 18:55
Message #5


[Sqvad] Löjtnant
Icône de groupe

Groupe : Adhérents
Messages : 1,949
Inscrit : 21/01/2007
Lieu : Nice
Membre n° 15,058




Super feedback. ca donne envie wink.gif

Pour ce qui est des feedbacks de parties non-annoncées sur FA, ça donne justement le moyen à ceux qui sont pas "dans le cercle" de prendre contact smile.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
woluf the legend
posté 16/03/2018, 19:46
Message #6


Membre
*

Groupe : Membres
Messages : 10
Inscrit : 21/06/2010
Lieu : périgueux
Membre n° 52,053




yes comme le disait Mister V c'était pour nous un test sur notre capacité à organiser et pour éviter a des joueurs de venir et de "subir"des erreurs de jeunesse wink.gif

en tout cas pour avoir organisé cet événement je suis très contente de voir des retex aussi constructifs et enthousiaste !
c'était pour moi et mon collègue hadrien une façon différente de voir le milsim , et voir le plaisir des joueurs est vraiment un plaisir !

nous avons appris de nos erreurs et nous pourront donc proposer un nouvel opus en 2019 ! la suite de l'histoire !!!

WOLUF pour la THK
Go to the top of the page
 
+Quote Post
galevsky
posté 16/03/2018, 19:51
Message #7


Membre actif
**

Groupe : Membres
Messages : 372
Inscrit : 25/08/2017
Lieu : Grasse (06)
Membre n° 120,415




Merci pour les retex, ca fait du bien de lire des trucs comme ça wub.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
misterV
posté 16/03/2018, 21:15
Message #8


Membre actif
**

Groupe : Membres
Messages : 529
Inscrit : 12/12/2012
Lieu : Perigueux
Membre n° 85,995




merci, écrire un retex c'est deja presque du milsim en soit, j'ai sué 3h40 dessus ohmy.gif

tout a fait d'accord avec striker (une fois de plus biggrin.gif ), c'est un moyen de faire savoir qu'on existe et surtout, comment on envisage le milsim (ce gros mot )
Go to the top of the page
 
+Quote Post
jeune chien fou
posté 17/03/2018, 16:00
Message #9


So french !
**

Groupe : Membres
Messages : 11,617
Inscrit : 18/10/2006
Membre n° 13,844




Idem que Strike wink.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
misterV
posté 18/03/2018, 22:30
Message #10


Membre actif
**

Groupe : Membres
Messages : 529
Inscrit : 12/12/2012
Lieu : Perigueux
Membre n° 85,995




Je publie un complément de retex, ce coup ci du côté commando, par le TP River Green (team COOPS NIÈVRE) , avec son aimable autorisation .



DEBRIEF OP ARC24 MARS 2018.

" Opérateur TP River Green"



Bonjour à tous les amis Milsim,
Avant de commencer le retex de l’OP je voudrais dire encore bravo, merci aux orgas et à l’ensemble des joueurs présent ce weekend.

L’OP commence de bonne heure, je ne me rappelle plus la date quand mon portable ne cesse de sonner. Je viens de comprendre que l’OP commence je fais donc partit de l’équipe des Commandos du 24 pour l’OP ARC se déroulant le weekend du 10 – 11 Mars.
Nous serons donc 6 Hadrien, Stark, Dylan, Julien, Fox et moi-même et définissons les rôles ainsi :

Hadrien Commandant
Julien Leader
Stark Second
Dylan Eclaireur
Fox Medic / Spotter
River Green Sniper

Les infos sont lâchés par le commandant au compte-goutte, intelligent de la part des orgas ce qui fait monter la pressions doucement mais surement.
Le jour J approche la conversation va bon train, en parallèle en discussions COOPS nous préparons notre emport … On sort donc le check UP Emport Saison Froide et Humide et le binôme COOPS charge les sacs. On régle réplique et scope cam (qui ne serviront au final pas lol).

Nous sommes le Samedi 10 il est 5h30 du mat quand il faut commencer à se préparer chaud patate à faire des frites ! Je charge la tactical 206 et je pars pour rejoindre dans un premier temps FOX.
3h plus tard me voilà devant sa porte après insultes et blagues pourries habituelles on monte quelques affaires pour faire quelques réglages aussi bien matos que tactique.

Le confit de canard avalé (Putin que c’est bon !) Nous voilà partit rejoindre le reste de l’équipe sur un parking prévu à cet effet au part avant. L’équipe est rassembler nous sommes tous impatients d’en découdre !

Et c’est partit nous rejoindrons Woluf et Hadrien pour le briefing et équiper une partit de l’équipe (je remercie encore l’orga pour avoir prévu que je venais de loin et que je comptais partir après l’OP). Dylan, Stark et Julien équipé ils sont chargés dans le tactical Kangoo « top immersif enclenché ! » Nous les suivons avec fox à travers vos routes Dordognienne toujours aussi droite….

Woluf me fais signe de me garer, puis en galérant un peu on décharge le coffre en espérant ne rien oublier et nous voilà dans le tactical kangoo avec les autres. Comme dis Jonny sa seuuucuuuuu vraiment bocuuuuu, Immersion 1 point estomac commando O.
Puis c’est partit le kangoo s’arrête brusquement il faut qu’on dégage !!! Pas tout à fait équiper c’est un peu le flou pendant quelques minutes avant de se mettre réellement à couvert un peu plus loin.





Une fois rassembler on essaye chacun d’affuter le matériel avant de se mettre en route, Fox prend en charge la topo, mon gps s’allume tranquillement de son côté.



C’est partit pour la 1ere mission : TROUVEZ LA TOUR RADIO ET Y PLACER UN MOUCHARD. On essaye de situer la bête sur la carte et Fox check sur le gps et nous voilà partit le terrain parait pour le moment tranquille. Arriver prêt de l’objectif on se scinde en 2 Stark et Fox en couverture les 3 restants vont poser le mouchard. Julien et moi restons en couverture et Dylan après verif d’éventuel pièges pose le mouchard.









Missions accompli la seconde : TROUVER LES COORDONNEES ET POSER VOTRE CAMPS. Je pars alors en tête suivi par Dylan Fox Julien et Stark. Plus on avance, plus le terrain est juste magnifique (merci pour le cadre orga), en plus cela colle bien au scénario des huttes en pierre sont un peu partout nous obligeants à nous arrêter régulièrement et checker l’intérieur au cas où un ecolo wawash soit dedans avec une Ak …




Nous apercevons un camp au loin avec le drapeau de l’ONU dans le doute on prend large pour ne pas éveiller les soupçons. Fox me guide par radio et on approche doucement du camp.

Nous essayons alors de trouver un endroit relativement plat (j’entends la Dordogne rigolé dans le fond !) pour pouvoir poser le camp, il s’avère que le camp sera donc dans la vallée au plus bas d’un des versants. On ne perd pas de temps Fox et Dylan sont de garde et le reste monte leurs camps. Ma tente posée je vais remplacer Fox pour qu’à son tour il monte sa tente. L’ami Stark aidé par Julien s’affaire à la défense du camp chose pour laquelle se chère Monsieur excelle, il nous avait montré l’étendue de ses travaux de bricoleur auparavant.












Le temps se gâte tout doucement Fox confirme ce qu’on avait regardé chez lui on risque fort de prendre de l’eau sur la tronche et de façon sévère !
Le Leader nous rappel au camp, nous devons aller voir l’ONU. Et c’est partit pour grimper la cote, arriver là-haut nous approchons avec prudence… sait-on jamais …..



Une fois les infos prises il faut que nous patrouillions autour de leurs camps dans une zone plus ou moins définis. C’est partit on crapahute alors que les première gouttes se font sentir puis viens la mousson. Nous étions alors séparé Fox et moi trouvons abris sous un garage de chasse avec vu 16-9 eme sur l’ONU.





Nous prenons contact avec le reste du groupe qui ont eux aussi trouvé abris à proximité de la tour radio. Sa tombe et sa tombe épais, plusieurs minute après : une accalmie ! Nous en profitons pour se rassembler et repartir au camp avant d’en reprendre une sur le coin du nez ….

Arrivé sur le camp le constat est sans appel, ce qui est venu du ciel en plus de ce qui a raviné la pente à inonder les affaires de nos camarades …. « C’est la merdeuuu ». On essaye de prêter main forte pour sauver les meubles mais la nuit s’avère compliquer pour eux …. Nous tendons une bâche de base nous permettant d’être tous debout pendant que le seigneur nous pisse sur le coin de la tronche et je pense que le monsieur avait forcé sur la bière …. La nuit est à présent là, nous nous tâtons franchement à aller naviguer sur le terrain mais d’un point de vu sécurité et objectivement ça ne servirais à rien…. Le camp étant correctement protéger et vu sa position géographique même si des patrouilles approches elles ne seront surement pas sur leur 2 jambes et se prendront dans les multiples pièges de l’ami STARK.

La fatigue me gagne ne voyant pas la situation évoluer je décide de passer le reste de la nuit dans ma tente au moins je serais au sec, au chaud et au repos. Je grignote ma ration rapide et écoute les autres d’une oreille, j’installe mon nid tranquillement et c’est en gonflant mon matelas (bruit de pouiiiiiiiiiiiittttttt) que les autres notamment Julien et Stark croient que nous sommes approché par l’ennemi. Trop occupé à me bidonné je les laisse faire, désolé les gars …. Je comprends alors que Dylan, Julien et Stark vont essayer de s’abriter en haut du terrain dans une hute d’ecolo. Fox et moi resteront au camp bien installé. Je dors peu mais dors terriblement bien !!! Jusqu’à 4h du mat et l’arrivé du reste de l’équipe nous racontant leur péripétie de nuit.

On prend alors quelques force on s’équipe et par nuit noir nous nous mettons en marche pour trouver un Pylône électrique avec infos au pied de ce dernier. Suite à une erreur de topo (le portable a Fox étant en rade de batterie) nous nous retrouvons assez loin du point. Nous nous regroupons alors pour corriger ensemble l’itinéraire, je prends alors le relais topo au GPS.




Quelques minutes nocturnes plus tard et après quelques glissades nous trouvons le GR qui nous servira le restant de la journée. Une fois dessus nous nous rendons au pylône arrivée là-bas nous sommes encore dans les temps de jeu, je m’approche alors pour checker le tour de celui-ci. J’aperçois l’enveloppe mais je mets quelques minutes à analyser la chose afin d’éviter qu’un truc me pette à la gueule !



RAS je m’empare de l’enveloppe et nous nous rassemblons autour du leader pour ouvrir la mission.


Nous devons alors SE RENDRE A UNE CACHE D’ARME pour récupérer son contenu et la détruire au C4

Nous progressons alors, le jour se levant au fil des mètres parcouru, quelques points topo plus tard nous nous approchons sensiblement de la zone de recherche. C’est alors que notre ami Stark souffrant d’un mal de dos et après avoir crapahuté toute la nuit ne peut faire un pas de plus. Il a été déjà super courageux d’être arrivé jusque-là sachant que son mal de dos avais commencé du samedi matin, chapeau le doyen ! Nous contactons l’orga pour procéder à l’évacuation de notre équipier. Cela ne nous arrêtant pas nous devons continuer la mission ! Nous progressons lentement et discrètement, je contrôle le GPS nous sommes sur zone et après avoir ratissé la zone Fox tombe sur la fameuse caisse…. Piégé… désamorcé…. Vide ….. Détruite. Mission à moitié accompli les rebelles sont passés avant nous.

Bref le soleil maintenant levée nous admirons bouche bée le magnifique terrain ! Prochaine mission : SURVEILLER UNE RENCONTRE ET PRENDRE PHOTO DE CELLE-CI. Le binôme observation constitué de Fox et moi-même se met en route. Petit passage obligé par le camp pour récupérer le matos d’observation et buvons quelques gorgée d’eau.



Dylan et Julien doivent poser de l’argent sur un point de rdv pour payer un futur informateur. Nous sommes alors séparés.
Nous restons en contact radio régulier ne serais ce que pour la carte topo et les coordonnées du point de rendez-vous.



Nous pressons le pas et nous sommes largement dans les temps avec Fox. Repartit du camp je rentre les coordonnées du point de rdv, nous circulons sur le GR le point de rdv étant sur le versant d’en face. Nous devons traverser une clairière, après observation, le secteur à l’air calme, on se presse alors de traverser.





Nous sommes en avance, le temps est bien maitrisé il nous reste plus d 1h30 pour trouver une cache. Sur le premier versant nous apercevons le point de rdv mais gêner par la végétation, on se concerte rapidement et nous décidons de jeter un coup d’œil sur le versant surplombant le rdv. C’est alors que je me stop et que j’indique un élément suspect à fox une sorte de ghillie végétalisé dans le doute nous shootons la bête au cas où un binôme adverse aurait la même mission de nous. Après un CHTONNNNNG relativement caractéristique d’une caisse en métal nous comprenons que nous sommes face à un item. On se dit alors que cela peut concerner l’autre équipe, je relève donc les coordonnées gps de la caisse au cas où. Dans le doute que cela serve à la rencontre cela nous conforte dans le fait qu’il faut que nous changions de position.





Nous voilà donc sur l’autre versant, nous guettons tout ce qui bouge on aperçoit le point que l’on pense être celui du rdv mais très compliqué de faire coïncider discrétion et distance d’observation. La végétation est dense donc pas facile. Quand soudain j’aperçois 2 patrouilleurs, merde l’ONU est déjà sur zone et navigue à environ 50m de notre position. Nous nous stoppons et attendons d’être dans leur angle mort pour progresser. On prend alors de la hauteur de peur qu’il navigue plus haut sur le versant se rapprochant de notre position. On se rend compte qu’il suive un sentier sans déborder pour autant OUF ! Après concertation je me remets sur notre première position étant avec ma ghillie moins repérable, Fox restant en arrière me couvrir ainsi nous faisons aussi moins masse donc plus difficile à repérer.






Je prends donc position Fox en retrait, je bouge si lentement ne voulant faire du bruit. Alors que je reçois des impulsions radios je me stop attrape mon PA et me retourne lentement et là un sniper à 2m de moi (réellement 2m) « putin la trouille » mon PA dirigé sur lui, mon cœur bat tellement que j’ai l’impression qu’il va sortir de mon poitrail !





Il continu sa progression et s’assoie à 5-10m de moi. Je ne bouge pas d’un poil le guettant, non satisfait de sa position il change de place remonte un peu la pente et se couche dans les fourrés, le contact visuel est alors plus ou moins rompu. Je respire un peu, moins soucieux de l’ONU je le vois signaler sa position à un membre de l’ONU. Je comprends alors qu’ils sont de mèche. Quand soudain sa se remet à bouger derrière moi …. J’aperçois 2 PAX un en contrebas et l’autre qui monte droit sur nous par le même chemin que le snipe. Il se retrouve lui aussi à 2m de moi (encore réellement 2m …). Mon PA ne le quitte pas, il navigue un peu (je me dis putin on est 2 au milieu de toute l’équipe ennemi ça pu sévère !). Le PAX toujours à côté de moi cherche une position lui aussi, il remonte alors dans ma direction et se place à 1,50m de moi (réellement 1,50m seul la végétation nous sépare) je ne sais pas quoi faire mon cœur s’emballe je tremble car l’environnement est comment dire… un poil stressant.




Il se retourne alors et me voit, je ne réfléchis pas (je m’excuse Alex) et je l’engage de suite ne lui laissant pas le temps de réagir. Le PAX tombe à terre en hurlant virilement ….



Le snipe se met à bouger je tire 2 0,40 pour qu’il ne lève pas trop la tête évitant ainsi de me mettre en joue. S’en suit un échange au PA en reculant je supplie Fox d’intervenir pour couvrir mon repli. On a donné un coup de pied dans la fourmilière et ça pu grave ! Je me repli au son des tirs du GBBR, on monte cette putain de cote ou j’ai laissé poumons, reins, jambe, cœur et j’en passe. On file azimut droit vers le sommet. Une fois assez loin on redescend la pente pour s’extraire de cette maudite colline (ça vous parle « Du sang et des larmes » ?!



On étudie les diverses possibilité et on se dit que ça va être grave compliqué ! On décide de retourné sur le GR pour faire le point en sécurité. On retraverse la clairière et nous voilà sur le GR, par crainte de se faire repérer on monte (encore) de 20-30m environ pour être tranquille. L’heure tourne ça va être tendu, nous étions un peu en désaccord sur le fait de retourner dans le merdier car franchement on ne voyait guère de solutions…(3 en réalité : 1 sur le versant vers cette fameuse caisse ou la vue n’est pas top, 2 une bande de forêt claire en contrebas du rdv meilleurs points de vue mais pas de possibilités de repli et trop proche d’éventuel PAX et le versant surplombant le rdv bourrer de PAX …) Coute que coute pour la mission on est des COOPS on retourne au charbon !
Nous voilà à nouveau à retraversé la clairière en prenant au plus large possible, avec un gros pourcentage de certitude de se faire repérer.



Mais nous n’avons pas le temps de contourner plus. Nous revoilà sur la colline de la caisse sous ghillie, sachant qu’on avait une vue bien que complexe sur le lieu du rdv on progresse prudemment et on se place. Je suis en tête pour des raisons de camouflage, je me place derrière un petit résineux et attend. Sans grande conviction je contact Fox lui faisant savoir que je bouge un peu pour un meilleur angle. C’est alors que j’aperçois l’ONU à quelques mètres de moi je me stop et attend qu’il ne me voit plus pour faire marche arrière. Décidément vraiment dur dur d’approcher. Je me repli vers le petit résineux. Je fais quelques photo et scope cam l’ONU on sait jamais au moins le commandant verra qu’on aura tout essayé.





Puis la végétation bouge devant moi, Fox me contact en me demandant de faire moins de bruit que l’on m’entend à des km. Sauf que ce n’est pas moi …. Je suis alors à 150m du lieu de rdv et même scénario un Binome adverse monte droit sur ma position. Je me terre autant que possible et les voit juste de l’autre côté du petit résineux. Il tourne autour de moi sur un rayon de moins de 5m. Fait chier je suis coincer il remonte le chemin par lequel je suis venu et avant qu’il ne passe dans mon dos donc hors de ma vue et de mon contrôle je décide d’engager l’ennemi. Je tir 3 coups sur un PAX de dos, ces 2 derniers se baissent et hache la forêt autour de moi. Je comprends alors qu’ils ne savent pas où je me situ ! Mais manque de bol il se repli droit sur ma position …. Dans un baroud d’honneur je saute de derrière le résineux et allume le Pax couché en face de moi au PA. Je prends alors je pense plusieurs billes et décide de me mettre hors-jeu. Je suis alors tombé sous les tirs de ce PAX, en tombant j’entends mon binôme en sortir un je me dis que tout ça n’a pas été fait en vain. Après ma perte de connaissance mon binôme me rejoint une fois que l’ennemi ait abandonné la recherche. Il demande alors un medic evac qui sera là sous 15min. Mon binôme veille alors sur ma vielle carcasse sous ce pauvre résineux.

Med Evac accepté nous décollons de cet endroit maudis afin de retrouver le reste de l’équipe au camp. Quelques km plus tard nous voilà avec Dylan et Julien qui ont arpenté le terrain sans trouver la base ennemi pour retrouver le mouchard. « C’est la merdeuuuu ». Le soleil nous réchauffe il fait beau et le terrain est toujours aussi merveilleux.

Contact radio pour attaquer la mission suivante RETROUVER UNE CAISSE POUR L’ECHANGE L’EXTRAIRE E LA DETRUIRE, sauf que notre délai est de 45min. Sachant l’emplacement de la caisse avec Fox, la présence ennemi autour et le temps pour se rendre sur zone nous comprenons vite ; que cette mission sera impossible. On se concerte et nous tombons d’accord nous préférons aller directement au tribunal de guerre ! Nous en profitons alors pour nous restaurer sommairement attendant la demi-heure restante.
Après un bref rapport au commandant qui ne nous en tiendra pas rigueur d’ailleurs il nous affecte à la mission suivante. Qui se trouve non loin de notre camp à proximité du camp de l’ONU. « DETRUIRE TOUTES PRESENCE ENNEMI ET DESCENDRE LEUR DRAPEAU ».
Nous remontons alors du camp avec en primes les affaires de l’ami STARK.


On largue les sacs et on se jette dans l’assaut, compliqué de faire un détour sans faire de bruit nous décidons d’un azimut brutal directement sur leur base. La progression est ultra lente je suis en tête, nous sommes dans la descente et eux en surplomb. Tout ça sent encore grave la merde chef lol.






On progresse et j’aperçois un pax derrière un arbre, tir compliqué car de la végétation devant. Je shoot quand même pour le faire bouger un peu le tout. La bille tape une branche condamnant mon tir, le Pax se repli en amont de notre position.



Nous entendons alors bouger mais sans rien voir du tout, notre progression est stopper durant une dizaine de minute. Rien de chez rien ne bouge et on n’y voit rien du tout.

Je rejoins Dylan et nous reprenons la progression, nous voyons effectivement leurs base mais trop sombre impossible de voir combien ils sont. Ils rentrent et sortent et nous on ne progresse pas plus vite qu’une limace boiteuse … Nous entendons toujours bouger sur notre travers gauche je demande à Fox d’être vigilent au cas où. Quant à moi je cherche un spot de tir mais l’aspect sombre de leur base m’empêche de distinguer une présence ou non. Je spot un PAX mais ma fenêtre de tir est d’environ 1m de large, il ne s’y arrête pas donc râper pour moi.




Trop compliqué je demande a Fox de jouer le tout pour le tout et que Fox Julien et moi-même contournions le tout par le camp de l’ONU pour avoir une meilleurs visibilité. Faute d’autre plans je commence à bouger quand je vois bouger en face de moi…. Julien le Snipe en face, je comprends alors que tout va devenir compliqué. Je le mets en joue au snipe pour lui faire peur je ne peux atteindre mon PA dans la position ou je suis. Lui y arrive et me sort sans problème. Bien jouer l’ami. Je décide alors du finex de l’OP pour mon cas je préfère me retirer du jeu. Après une bataille acharné notre équipe furent décimé malgré un shoot de Fox sur le sniper. Les ecolos sont alors évacuer par le tactical berlingo. OP ARC TERMINEE.










Go to the top of the page
 
+Quote Post
major blood
posté 20/03/2018, 01:07
Message #11


colt member
**

Groupe : Membres
Messages : 3,041
Inscrit : 06/01/2006
Lieu : 77/95
Membre n° 8,813




Merci MR V pour ce beau récit rolleyes.gif vous avez bien vécu votre OP et c'est fun à lire

cela donne bien envie de venir faire un tour chez vous... ninja.gif


Go to the top of the page
 
+Quote Post
Ariegeboy
posté 20/03/2018, 09:55
Message #12


Voleur de saucisson
Icône de groupe

Groupe : Adhérents
Messages : 4,121
Inscrit : 14/10/2010
Lieu : Toulouse - Ariège
Membre n° 56,570




Ça fait plaisir de voir qu'il se passe des choses.

Mais vu les réactions de certains, ça me conforte dans l'idée qu'il faut mieux distiller les retex de parties privées au compte goutte, comme les invitations finalement.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
jeune chien fou
posté 20/03/2018, 12:05
Message #13


So french !
**

Groupe : Membres
Messages : 11,617
Inscrit : 18/10/2006
Membre n° 13,844




CITATION(Ariegeboy @ 20/03/2018, 09:55) *
Mais vu les réactions de certains, ça me conforte dans l'idée qu'il faut mieux distiller les retex de parties privées au compte goutte.


Pourquoi ça?
Tu as eu juste une seule personne qui s'est exprimée contre le retour de partie privée, face à combien qui ont étées dans l'autre sens?
Et encore "contre" car c'était juste sur le fait que c'était une partie dite "privée" et encore on pourrait jouer sur les mots pour mettre sur "invitations" ou "non annoncée" sur FA que ça ne changerait rien, car tu aurais toujours ça, quoi que tu fasses il y aura toujours des contres.

Puis après quand on a une "critique", pourquoi est-elle motivé? Qui est la personne qui l'émet? L'émetteur discute-il ou est-il juste là pour mettre son avis et point barre?
Toujours observer, analyser et agir en conséquence et il y a eu directement une réponse tendant vers une invitation, donc rien de bloqué, rien de gênant, rien de vraiment mauvais wink.gif

Ce message a été modifié par jeune chien fou - 20/03/2018, 12:07.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
misterV
posté 20/03/2018, 17:20
Message #14


Membre actif
**

Groupe : Membres
Messages : 529
Inscrit : 12/12/2012
Lieu : Perigueux
Membre n° 85,995




@major blood : merci et ... qui sait à bientôt ? smile.gif
@ariegeboy : merci , on est d'accord sur le principe de la discrétion , elle va dans le sens de la confiance et de la sérénité en jeu . Pour le coup cette réaction m'a intriguée mais j'ai décidé de rester ouvert et au final nos retex nous ont amené quelques contact prometteurs , chose que je recherchais aussi tongue.gif . Il est évident qu'on ne peut pas plaire à tous , le principal est de plaire aux bons wub.gif
@jeune chien fou : en l'occurrence on a discuté laugh.gif


Édit : @ariegeboy, je viens de tilter sur ton profil, "voleur de saucisson" , je me rappelle en effet , la "presse FA" en avait fait ses choux gras biggrin.gif , le plus drôle je parlais justement de ca aux copains en bagnole en rentrant de l'op, ils étaient pliés , comme quoi, le monde est petit et les histoires, tenaces !

Ce message a été modifié par misterV - 20/03/2018, 17:51.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
major blood
posté 20/03/2018, 19:23
Message #15


colt member
**

Groupe : Membres
Messages : 3,041
Inscrit : 06/01/2006
Lieu : 77/95
Membre n° 8,813




Connaissant bien krastifus, il n'a pas voulu être désobligeant,

Juste que certain se plaisent à étaler leur op sans que beaucoup puissent y participer.... car c'est sélect à l'entrée du club laugh.gif et réservé à une soit disant "élite"

Enfin bref tout ce que j'ai pas ressenti dans ton débrief... cool.gif et justement en posant ce retex de fou,
tu nous mets l'eau à la bouche et invite les gens qui se sentent au niveau pour patauger dans la bouillasse avec vous, lors des prochaines missions rolleyes.gif
Donc merci et j'espère à bientôt wink.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
misterV
posté 20/03/2018, 22:15
Message #16


Membre actif
**

Groupe : Membres
Messages : 529
Inscrit : 12/12/2012
Lieu : Perigueux
Membre n° 85,995




@major blood , en effet les contacts que j'ai eu à la suite du retex sont tous excellents, (dont un contact avec un de ses teammate je suppose car ils semblaient bien se connaître ) je ne me suis pas offusqué que quelqu'un fasse la réflexion, j'ai moi même apporté il y a quelques temps ma pierre a l'édifice dans le groupe milsim sur l'intérêt tout particulier qu'il y a à faire son trou dans le milieu avant de participer à "plus gros" .
Et au vu des retours vraiment positifs que je lis ici depuis une semaine, je le dis et je le répète , rien ne vaut les prises de contacts discrètes , ca permet de commencer par discuter avec les gars intéressés sur un mode "c'est quoi votre philosophie du milsim" plutôt que "nous on reenact un truc plus badass que vous" .
Apres c'est clair faut oser aller vers les autres, exposer ses attentes, ses idées, envoyer des messages, attendre les réponses , etc etc , c'est pas une démarche "paf/PayPal/inscription validée / on arrive à quelle heure ? " .
En tout cas merci pour ta réflexion posée , et au plaisir de se voir ... dans la boue ! biggrin.gif
Pour finir , la seule élite qui me fasse rêver, c'est l'agence de mannequin . wub.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Ariegeboy
posté 20/03/2018, 22:40
Message #17


Voleur de saucisson
Icône de groupe

Groupe : Adhérents
Messages : 4,121
Inscrit : 14/10/2010
Lieu : Toulouse - Ariège
Membre n° 56,570




Les rares personnes que j'ai entendu parler d'élite sur le terrain n'en faisaient clairement pas partie.

Ce n'est qu'un jeu et tout le monde n'a pas le même délire. Mais pour avoir été orga sur des OP qui se voulaient immersives, je peux garantir que ça représente un travail considérable. Et que c'est plutôt décevant quand au final les joueurs ne sont pas au niveau (entre ceux qui ont besoin de respecter leur horloge biologique, ceux qui ne peuvent plus avancer après fait 1/4 de la marche prévue, ceux qui ne savent pas lire une carte ou s'orienter, ceux qui sont frustrés car ils n'ont pas encore tirés après 2h de jeu, ceux qui ne savent pas monter un tarp et finissent mouillés, ceux qui abandonnent car ils ont le moral dans les chaussettes à cause de la pluie, ceux qui annulent au dernier moment car il va pleuvoir ou au contraire à cause d'une alerte canicule, ...). Donc quand tu t'investis à fond pour que le spectacle soit au rdv, tu préfères finalement inviter des gens dont tu sais qu'ils ne te décevront pas. Rien à voir avec une quelconque élite, juste faire en sorte que tout le monde, joueurs comme orgas, passe un bon moment.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Strike
posté 20/03/2018, 23:02
Message #18


[Sqvad] Löjtnant
Icône de groupe

Groupe : Adhérents
Messages : 1,949
Inscrit : 21/01/2007
Lieu : Nice
Membre n° 15,058




Je confirme wink.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
misterV
posté 21/03/2018, 08:22
Message #19


Membre actif
**

Groupe : Membres
Messages : 529
Inscrit : 12/12/2012
Lieu : Perigueux
Membre n° 85,995




D'où l'importance de prendre contact avant, afin de connaître les attentes et les définitions du mot milsim qu'on a tous avant de se lancer dans une aventure immersive ou, en effet, un abandon motivé par autre chose qu'une vraie blessure ou pb de santé , peut tout foutre en l'air niveau immersion / moral .
Et pour cela il faut bien qu'on se rencontre quelque part , même si c'est au détour d'un retex de partie sur invitation. On est bien d'accord . tongue.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Strike
posté 21/03/2018, 09:58
Message #20


[Sqvad] Löjtnant
Icône de groupe

Groupe : Adhérents
Messages : 1,949
Inscrit : 21/01/2007
Lieu : Nice
Membre n° 15,058




L´utilisation d’un règlement commun à tous les pratiquants peut aussi aider (je dis ca je dis rien) icon_mrgreen.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post

2 Pages V   1 2 >
Reply to this topicStart new topic

 



Version bas débit Nous sommes le : 20/01/2019 - 04:37